Après la nuit, le bon temps (Limace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Niiz le Ven 22 Juil - 8:50

Mauvaise nuit. Enfin, “mauvaise nuit”, c'est un euphémisme. Pour moi, du moins: les entrepôts privés ne sont pas sur-mesure, faits selon mes demandes comme cette pièce ajoutée à ma maison de campagne. Enfin, le désavantage majeur de ces lieux, c'est qu'elles n'ont rien de discret, malgré toute la publicité qui est faite sur ce point: ils sont tous regroupés dans la même zone, éloignés de la ville, tous les proprios sont fichés, etc.

Ah, j'oubliais: ça sert aussi qu'à entreposer des objets. Et comme les buffets, tables, divers contenants de produits plus ou moins illicites, lustres, et autres ne sont pas censés se débattre à grands bruits en cherchant à arracher les murs et le sol par lambeaux, on se retrouve avec une structure étonnamment fine, aérée à un point tel que le plus faible murmure parvient à les perforer. Sans mes petites prescriptions personnelles (depuis mon surdosage à l'arrivée des deux saletés, j'ai même plus droit à une aspirine) j'ai dû faire un tapage de tous les diables; c'est cette vague impression qui me trotte dans la tête, derrière cette vilaine figure de lendemain de cuite. Une merveilleuse manière d'accueillir le soleil levant؟ Je grogne après les plaintes futures en même temps que je me mets en recherche de vêtements; à cause de l'heure tardive à laquelle j'avais franchi le seuil de cette récente acquisition (trop proche de mon coup de gueule du soir) j'ai du mal de me rappeler l'emplacement où je les ai planqués. Il n'y a pas trente-six solutions non-plus, et je lève vite le nez au plafond. Je vous laisserai imaginer par vous-même la petite scène à la fin de laquelle j'ai enfin récupéré le butin qui me permettra de rentrer chez-moi sans me faire arrêter pour attentat à la pudeur (surtout dans le quartier où se trouve mes appartements, où la pudeur se veut choquée du passage régulier de mes fournisseurs de joie) pour vous dire que j'ai bel et bien accompli l'exploit d'être assez présentable pour qu'un coche me laisse monter à son bord.

Pour vous épargner le temps du trajet, je vais vous raconter les raisons de ma venue dans un lieu si peu propice à ma lycantropie, j'ai nommé: Nelta.

Ce dont j'avais appréhendé l'approche m'a été remis il y a quelques temps maintenant: une lettre à la mine officielle qui me mobilise en tant qu'agent neltain, à mon plus grand déplaisir; je n'aimais et n'aime déjà pas les neltains, si en plus on me colle parmi les pires… Ma dernière patrouille est imminente, et je crains de ne pas avoir le temps de tout mettre en place. Si enquête il y a, j'espère qu'elle n'ira pas loin. J'ai fait mon optimiste blasé parce-que-ça-le-fait-chier-de-revoir-tous-ces-cons et j'ai foutu ma fille et ses servantes dans mes bagages (ces dernières surtout parce que j'avais l'étrange et inexplicable pressentiment que si je les laissais au manoir, ce serait la dernière fois que je le verrais entier). Voilà comment j'en suis arrivé où j'en suis.

Je paie le fiacre (faut toujours prévoir des Royaux de plus) et remonte la rue, et vue l'heure matinale, ce sera en solitaire. Ç'aurait pu être pire: débraillé, fatigué, peut-être enrhumé, en plus de tout ça, il aurait pu pleuvoir! … Quoique cela aurait pu m'excuser de promener une si mauvaise mine dans des rues si nanties. Si nanties, d'ailleurs, que je dois bien décliner trois fois mon identité pour pouvoir retourner dans le bâtiment réservés aux gens d'importance. Ce n'est pas encore le château (si tel avait été le cas, j'aurais préféré me foutre le feu plutôt que de m'en approcher à moins de cinq mètres), mais on pourrait finir par s'y croire. Je parviens “chez moi” (si tant est que je m'y sente un jour) sans encombre; traverse les couloirs assoupis d'un pas tranquille — j'ai tout mon temps: les différents services roupillent encore, ainsi que les deux pestes. M'est avis que c'est pas le cas du gamin. Le souvenir de la veille m'arrache un sourire sarcastique; je rirais volontiers s'il n'y avait pas eu les saletés. Je déverrouille, frappe, ouvre la porte de ce qui aurait dû être ma chambre et interroge, moqueur:
    Alors, bien dormi, malgré les courants d'air?
Je lui ramasse tout ce doit être ses fringues et les lui fout près de lui: ma petite vengeance a assez duré, et vaudrait mieux que Fai ne la subisse pas elle aussi — même s'il me convainc que cette humiliation-là le refera gaffer d'ici (soyons optimistes) trois semaines.

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Leo Libelle le Dim 6 Mai - 17:22

Ça aurait dû être une nuit merveilleuse. Au lieu de ça, il s'était retrouvé attaché au lit, nu comme un ver, à compter ce qu'il y avait au plafond. Rien. Il avait du temps, il pouvait recommencer à compter. Rien. Pour être sûr, il devrait peut-être recommencer, pour voir. Rien. Rien. Et toujours rien. Sauf que comme ça, juste deux minutes étaient passées. Il regarda donc le réveil. Non, pas deux minutes. Trente secondes. Il se demanda combien de fois il aurait à faire ça. C'était plus difficile à compter que les taches au plafond. En plus il étouffait avec son bâillon. Dante était un sale nain tortionnaire, mais c'était pas lui qui l'avait mis dans une situation aussi embarrassante. Il l'y avait laissé. Non, c'était cette autre garce, là. S'il la revoyait...

... il l'inviterait encore une fois. Like a boss. Et puis, c'était pas sa faute. Dante n'avait pas prévenu qu'il reviendrait. Il aurait pu au moins envoyer une lettre. Ah... comme celle qu'il avait jeté ce matin-là, tiens. Comme c'est bizarre, les coïncidences !

Il avait cru être sauvé quand il avait entendu la petite voix de sa Fai adorée ♥️. Dante ne la laisserait sûrement pas approcher de la chambre ! Sauf que ce n'était pas Fai qui s'était arrêtée devant la chambre et avait secoué la clenche dans tous les sens, mais une vois très désagréable, du genre crécelle croisée vache omlidoise. Et là, il était bien heureux d'être enfermé.

Il regarda l'horloge. Douze heures. Douze heures qu'il était attaché à ce lit, bâillonné, A POIL ! (Nda: Ouais ! Very Happy) Il commençait à avoir faim. Froid. Et il faisait noir. Puis la porte s'ouvrit. La lumière ! Est-ce qu'il était... mort ? Est-ce que les femmes étaient belles au paradis ? C'était quoi ce truc barbu ?! "Je m'appelle Marie ! Je remplace Saint Pierre, aujourd'hui ! 8D"

S'il avait bien dormis ?

S'il avait BIEN dormis ?!

"Ch't'emm'rde ch'rétin !"

Le bâillon l'embêtait un peu pour exprimer le fond de sa pensée.
avatar
Leo Libelle
Vous êtes en beauté, aujourd'hui ♥

Messages : 8
Date d'inscription : 06/07/2011
Rang : Dragueur invétéré

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Niiz le Dim 13 Mai - 0:17

Il en mordrait, ce petit con. Je me demande si je ne lui laisserais pas le bâillon, par sécurité. Enfin, en même temps, ça implique que je ne lui libère pas les mains, ce qui n'arrangerait pas l'habillage. Autant repartir et fermer la porte derrière-moi; mais j'ai déjà mon lot de cadavres, et je ne suis pas sûr qu'un de plus serait le bienvenu. Surtout s'il s'agit de mon cousin. Si, vous savez: ce petit bout de chou à la mode qui empêche la moitié des nobles Neltaines de se balader les fesses à l'air.

Dehors. Parce qu'il fait froid.
Pas chez-moi. Pas qu'il y fasse plus chaud, non: mais la coqueluche de ses putes—pardon: de ses dames—aime à voir le postérieur de ses muses—bien que je ne sache si le fesser fasse partie de ses mesures. Je pense qu'elles ont besoin de se sentir “comme chez lui”—jamais “ils”: bizarrement, mon cher cousin fait bien peu de vêtements pour homme (encore faudrait-il qu'il en soit un).

S'il venait à disparaître fort malencontreusement chez-moi, je finirai lamentablement caillassé par pléthore de courtisanes vêtues de sa griffe, comme un troupeau de brebis marquées du sceau de leur berger. Ainsi s'éteindrait pitoyablement Dante Boïss:

Homme de guerre
Qui de colère
Perce et déchire,
De par son ire
Détruit
—Mais périt
Sous les poings joints
De maints catins.

C'est beau. Très joliment dit. Mais j'aurai oublié cette belle formule demain, et au bar je ne serai plus capable que de dire:

Un autre raté
Qui fini éclaté
Par un gros tas
De fashionistas.


J'ai raté ma vocation. Cessons les digressions et revenons au garçon. Il se lamente et agite ridiculement les bras comme s'il croyait pouvoir m'en coller une. Il a le droit à mon plus beau rictus: je suis un fier tonton, mon fiston.

    Tu f'rais moins le malin si t'avais pas ces liens.
Je continue les rimes—faut que j'arrête la frime.

Avant de le détacher, je lui envoie le tas de vêtements qui paraisse depuis la veille sur le parquet. Je ramasse un petit souvenir que nous a laissé sa chère amie avant de décamper sec (plus ou moins, d'ailleurs): je me disais bien qu'à la vitesse où elle avait filé, elle n'avait pas pu finir de se rhabiller. Je jette ledit string au mec qui aura pour épitaphe sur sa tombe “Celui qui n'eut pas le temps d'en profiter”.

    Tes arguments sont un peu petits. Oublie pas ton slip pour les cacher. On est envahis de mômes qui risquent d'être impressionnés par leur absence.
Je ne peux pas le malmener indéfiniment. Oui, ma fille va bien finir par se réveiller, secondée des deux morpions. Je lui détache les mains, arrache l'adhésif qu'il a sur la figure. Un de plus, un de moins…

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Leo Libelle le Lun 16 Juil - 20:14

Leo lança un regard noir au "rictus" moqueur de son cher cousin.

"Essaye pas de sourire, ça ne te va pas... de ce côté la, ne sois pas déçu mais... ce n'est pas héréditaire !" dit-il l'air sarcastique. Mais son expression se transforma quand la dernière phrase de Dante lui monta enfin au cerveau. "Ils ne sont pas "petits", elle aurait au moins pu penser à fermer la fenêtre avant de partir, si tu vois ce que je veux dire..." Souligna-t-il en se rhabillant. "Avant de venir, t'as pensé a prendre le p'tit déj' ?"

Il se dirigeait vers le salon pour s'empresser de voir son petit soleil blond, quand son regard se bloqua sur une magnifique créature aux cheveux bruns qui dormait sur le canapé. Il n'eut à peine le temps de s'en approcher que quelque chose le poussa violemment en arrière en renversant une tasse de café affreusement brulante sur son pantalon.

"Oooh... Excusez moi... Ceci ne vous était pas destiné..." Fit la splendide jeune fille au oreilles de chatons.


avatar
Leo Libelle
Vous êtes en beauté, aujourd'hui ♥

Messages : 8
Date d'inscription : 06/07/2011
Rang : Dragueur invétéré

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Dante Boïss le Mer 18 Juil - 9:17

Voilà le cousin reparti dans un effort de répartie. Le traumatisme n'a pas été très long—si j'en crois ma montre que je n'ai pas (j'espère ne pas l'avoir laissée derrière-moi dans ma petite location), il n'a duré qu'une dizaine de secondes. Qu'il n'espère pas avoir le dernier mot avec moi.

    Ta sale gueule non plus elle s'hérite pas, ou bien elle a sauté ma génération. Magne-toi.
Mais il continue à déblatérer et à répondre, étalant ô comme il a une grande gueule. Surtout pour se plaindre. Je jette un œil distrait à la fenêtre.

    Nan, je vois pas. On m'a pas encore posé de lapin au lit, moi. Et, pour le déj'’ je balance le menton du côté de la cuisine—une pièce qui me sert pas à grand chose sans la Lietta—‘les absents ont toujours tort si tu vois ce que je veux dire.
Juste pour le plaisir de lui faire tirer la tronche de bon matin. Mais je sais bien que ce n'est ni le café, ni le chocolat, ni la confiture ou les pâtisseries que n'auront pas ramené les deux crétines qui le poussent jusque dans le salon, comme s'il pensait encore que ma fille était aussi matinale. Je l'entends piler dans le couloir, un bruit de vaisselle; l'odeur du café me parvient avant que j'ai franchi le seuil de la porte—ainsi qu'une voix désagréable.

Tenez, parlons jamais de morpions et on en est déjà infestés. De même que de la peste ou la lèpre.

Le cousin est pétrifié et doit moins se plaindre de la petite brise un peu trop caressante au point du jour. Quand je vois les deux oreilles blanches du sac-à-puces s'agiter facétieusement, je me dis que Leo me fait finalement un bon bouclier humain contre les attaques surprises.

    Hé, la blonde. On a peut-être obligation de te donner un minimum à bouffer, mais ce que t'en fais, ça te regarde—ça veut pas dire que t'auras plus.
Avant de partir, je devrai peut-être demander à ce qu'on la fasse examiner, celle-là. M'est avis qu'on devrait même lui offrir une petite cure de lavage de cerveau chez les Drows et la leur laisser. Ils sauraient quoi en faire, eux.
avatar
Dante Boïss
Bourreau

Messages : 44
Date d'inscription : 15/05/2012
Age : 23
Rang : Croqueur de brebis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Akumi/Yumi le Sam 2 Fév - 8:21

Le bruit de vaisselles cassée réveilla Yumi en sursaut, et la fit tomber de ce canapé d'où elle pensait ne jamais se réveiller.
Elle se frottait les yeux... tellement... fatiguée....

"Excusez ma maladresse!"

Akumi était déjà levée... Dans ses souvenir, sa soeur la réveillait avant de commencer ses plans pour la destruction de la planète.

"Bien dormi soeurette?" demanda Akumi lui tendant la main pour l'aider à se lever."Tu t'es retournée toute la nuit, j'ai préféré te laisse te reposer!"

Yumi fit un grand sourire à sa soeur avant de lui empoigner la main et de se faire soulever. Elle allait la remercier avant d'entrevoir une forme se tordant dans tous les sens sur le sol.
Akumi suivit le regard de sa soeur.

"Ça? Oh ce n'est rien, il s'en remettra vite! C'est un grand garçon!" fit-elle en pouffant de rire.

Yumi se tourna vers Akumi, elle était étrange se matin et... elle avait les yeux dilatés!

"Tu vas bien?"

"Mieux que jamais! Ce pauvre nain peut toujours chercher ses petites pastilles, il ne les trouvera plus!" Lui répondit sa soeur avant de tomber mollement par terre.

Yumi fixa se petit truc mou qui était sa soeur quelques secondes avant de se diriger vers le jeune homme agonisant sur le sol et de lui demander comment il allait.
Elle eut l'étrange impression que sa douleur disparue quand il la vit s'approcher. Le sourire qu'il lui adressait lui ébouriffa le poil. Encore un individu qui promettait d'être étrange...
avatar
Akumi/Yumi
Sadiksisters ♥

Messages : 24
Date d'inscription : 05/06/2011
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Leo Libelle le Sam 2 Fév - 8:48

Ne pas... pleurer... rester... fort et... courageux!
Il ne se plaindra plus jamais... aucune douleur ne peut égaler celle qu'il subissait en ce moment même. Maamaaan...

"Si tu fais ne serait-ce qu'une seule remarque je te..." grogna-t-il en direction de Dante avant de relâcher un petit cri plaintif. Il retenait du mieux possible les larmes qui lui montaient dans les yeux mais quelques unes réussirent à s'échapper glissant sur les joues de Léo. Même le plus dur des hommes ne pourrait pas résister à une telle souffrance!

"Je suis castrééééééé!!!!" Dit-il d'une voix suraigu.
Tout était fini! Toutes ces nuits splendides en compagnie des plus belle créatures, n'étaient que souvenirs désormais... Pourquoi... lui?
Il se sentait sur le bord du gouffre jusqu'à ce qu'une douce jeune fille se mit à ses côtés.

"Oh... oui bien entendu! Je me permet de vous rassurer ma douce, la douleur ne peut rien contre un homme fort et vigoureux comme moi!" lui répondit-il en lui prenant la main et en lui adressant un de ses sourires dont lui seul avait le secret."Votre présence même me fait oublier tous mes problèmes et toutes mes douleurs! Votre seul sourire illuminera toute ma journée...et..." Yumi se recula brusquement.

" Parfait! Si vous avez besoin de quoi que se soit...." lui dit-elle avant de trottiner vers la cuisine d'où sortait une délicieuse odeur de café qui lui redonna tous ses instincts, elle lui rappela qu'elle mourrait de faim."Avez-vous besoin de quelque chose, monsieur?" demanda-t-elle à Dante.

avatar
Leo Libelle
Vous êtes en beauté, aujourd'hui ♥

Messages : 8
Date d'inscription : 06/07/2011
Rang : Dragueur invétéré

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Dante Boïss le Dim 10 Fév - 17:20

La blonde détale en zizgzags; elle sautille presque jusqu'à sa sœur. Je commence à me demander s'il ne restait pas un fond de café dans les tiroirs—ou si, à tout hasard, elle n'aurait pas trouvé ma cache d'alcool. En tous cas, son attitude a de quoi me faire froid dans le dos: j'ai bien l'impression (si je ne rêve pas debout—je devrais peut-être me pincer pour voir) qu'elle a… oui, c'est bien ça: elle a rit. Je m'en désintéresse un peu pour regarder mon cousin nous faire ses meilleures scènes de mélodrame. Je me serais presque inquiété s'il n'avait montré qu'il avait encore l'appétit pour essayer de se jeter sur la brune—ça, de la virilité, il n'en manque jamais pour faire le paon autour de tout ce qui ressemble (de près ou de loin) à une personne de sexe féminin. J'attrape l'épaule de la brune et feins un air consolateur.

Ce dont il aurait besoin, je ne pense pas que tu l'aies.

Je précise bien que c'est ce que je pense, parce que l'un comme l'autre m'ont bien habitué aux surprises. Surtout “l'un”, en fait. Je le toise du coin de l’œil: il est encore par terre, mais il semble s'être remis assez vite.

Tu vois bien qu'il marche encore. Arrête de te plaindre ou tu vas voir ce que c'est qu'être un castra. Sinon, est-ce que l'homme fort et vigoureux veut bien descendre nous chercher le pain?

L'appel de la nourriture a réveillé le côté matou affamé de la brunette: comme hypnotisée, elle s'en va vers la cuisine. Elle salive presque quand elle se souvient de son affectation de servante et pense à se retourner pour me demander ce que je veux.

Juste un café, ça ira comme ça.

J'ai encore le lapin de la veille sur l'estomac—du moins: j'espère qu'il s'agissait d'un lapin de Garenne, qui se serait retrouvé piégé dans cet espèce de débarras que j'ai occupé toute la nuit. Je remarque une porte entrouverte sur le mur d'en face. À côté de moi, Fai, une peluche coincée entre les bras, s'est glissée subrepticement jusqu'à son cousin étalé à même le sol pour lui écraser la joue.

Dis voir, tu peux pas parler moins fort quand il y a des gens qui dorment?

avatar
Dante Boïss
Bourreau

Messages : 44
Date d'inscription : 15/05/2012
Age : 23
Rang : Croqueur de brebis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Akumi/Yumi le Lun 22 Avr - 8:04

Se relevant comme un zombi bourré de courbatures (oui cela est possible jeunes gens!) Akumi rejoignit sa soeur dans la cuisine, se retenant sur tous les objets à sa portés pour ne pas se retrouver une fois de plus étalée sur le sol.

"Je crois que je vais te faire la dose de café." fit Yumi en installant Akumi sur une chaise.

"Ooooh, oui... câââfééé... iiiihiih !"

"D'accord... bon tiens et appelles moi quand tu auras fini que je t'en fasse un autre."lui dit Yumi en lui tendant sa tasse."Voila le votre monsieur, du sucre ?"

Son regard se dirigea instinctivement vers l'adorable petit trésor qui étouffait le jeune garçon à moitié mort par terre.

"Et toi petite puce, qu'est-ce que tu veux pour le petit déj' ?"



avatar
Akumi/Yumi
Sadiksisters ♥

Messages : 24
Date d'inscription : 05/06/2011
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la nuit, le bon temps (Limace)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum