Gala des rencontres

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Stryfe le Mar 27 Sep - 6:37

La foule devenait de plus en plus violente, que ce soit par sa peur ou par son aggressivité, mais Rhondo ne bronchait pas. Du moins, jusqu'à-ce qu'il aperçoivent la démone; il ne se permettrait pas de sitôt de repenser à celle-ci comme une femme. Pourtant, elle était rayonnante... Le savait-elle, au moins? Et il dut en venir à l'évidence: même s'il ne la verrait jamais comme une vraie femme, il la voulait cette démone.

Il se secoua la tête, sorti de ses rêveries. Il n'en avait pas le temps. D'un sourire sarcastique il répondit:

-Amusant, votre bal. J'aimerais vraiment voir comment vous fêtez le nouvel an.

Plus vite que lui, la demoiselle avait répondu qu'elle voulait une arme. Alors elle saurait se défendre? Intéressant... Rhondo jeta vite un coup d'oeil au cadavre de son assaillant, mais celui-ci n'avait pour arme qu'une simple dague. Il l'aurait bien proposé à le demoiselle, ne serait-ce pour qu'elle se sente plus sécure, mais en testant l'arme il apprit vite sa fragilité; elle s'était cassé d'une moindre pression des mains du guerrier. Dommage; elle allait devoir s'en passer.

Il entendi ensuite un cri aggressif; un autre des assassins s'était faufilé entre la foule et se dirigeait vers le petit groupe prêt du balcon. Rhondo s'en serait bien occupé, mais il vit que quelqu'un d'autre allait intervenir. Presque aussitôt que celui-ci manifesta ses intentions, il fut terrassé par une créature qui devait faire facilement deux fois sa taille, et tout aussi puissant et imposant qu'il en avait l'air.

-Trogg! Où donc étais-tu? se plaignit Rhondo.

-Je vous demande pardon maître. J'étais occupé. dit le Troll en agitant un assassin inconscient qu'il tenait par la tête.

Effectivement, le troll devait avoir au moins trois couteaux qui lui ressortait du corps, mais sa peau s'était régénérée autour des lâmes.

-Nous allons devoir t'enlever ça chirurgiquement, Trogg. Et dépose ce pauvre nigaud! lâcha Rhondo. Occupee-toi plutôt du sans esprit qui a tenté de m'attaquer!

Le monstre laissa tomber l'inconscient et se tourna vers celui qu'il venait de défaire.

-Que devrais-je faire faire de lui, maître?

Rhondo y réfléchit. Il serait très utile pour plus tards de le garder en vie pour l'interroger, mais... Un autre problème s'offrait déjà à lui et il venait d'y trouver une solution.Il se tourna vers la demoiselle qu'il tentait de protéger.

-Mademoiselle, auriez-vous besoin d'un escorte pour vous aider à aller chercher votre arme?


Dernière édition par Stryfe le Ven 11 Nov - 2:13, édité 1 fois
avatar
Stryfe
Dieu de la Guerre/Élysien exilé/Le Chevalier Rose

Messages : 197
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Mar 27 Sep - 7:15

Une fois arrivée au balcon, Warui s'attendait à des remerciements de la part de Xena mais même ça ça semblait trop lui demander!

"Eh! Pendant que toi tu restes avec ma nièce et le chevalier servant en armure j'essaie de garder la face devant le Roi! répliqua la Princesse en ne se gênant guère. Je suis à un poil de me faire jeter dans une cellule pour un mois! Et tu veux pas me voir un mois sans alcool!"

Tsss... elle venait leur prêter main forte et elle récoltait ça?!

"Je te rappelle qui a sauvé ta peau à Volky..."

Pour ça, Xena venait de l'avoir à dos pour deux heures. Et Rhondo n'était pas en train d'aider.

"Maieuh! Z'allez arrêter d'être sur mon dos?"

On aurait dit une gamine. Facette que Xena devait connaître à ce point-ci. Mais trêve d'enfantillage. Warui perdit son air gamin et tout joyeux de d'habitude pour en avoir un autre, sombre. C'était une attaque, un attentat. Et seul Daribad était assez désespéré pour en tenter un.

"Niiz est allée prêter main forte alors..."

Warui émit un sifflement aigu. À l'autre bout de la salle, les jumeaux changèrent d'habits et commencèrent à foncer que les ennemis. Les sachant capables de s'occuper d'eux-mêmes, Warui retourna son attention sur le balcon. Lorsque l'assaillant fut mis hors d'état de nuire, par l'intervention du Troll de Rhondo elle relacha sa tension, s'approcha du mur pour mettre son ombre et en retira Kuroi. Xena demandait une arme et Rhondo lui proposait un garde du corps. S'il était aussi capable que son maître, l'Humaine ne courait aucun danger.

"L'armurerie est à dix minutes. Deux escaliers de haut et trois couloirs, droite, droite, gauche. Z'aurez l'embarras du choix une fois arrivés"

Bien sûr, malgré le fait qu'elle ne déteste pas Xena, elle voulait garder Rhondo pour elle seule en ce moment. Warui était très sociable, oui. Mais quand elle voulait un homme pour elle seule... elle voulait un homme pour elle seule. Et Rhondo était cet homme.

"Peut-être apprécierez-vous une coupe de champagne à ma demeure après le gala, histoire de nous relaxer de toutes ces émotions..." susurra-t-elle à l'oreille du Chevalier une fois les autres en dehors de leur vue.

Elle allait peut-être s'amuser ce soir au final.

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Niiz le Lun 17 Oct - 18:51

Parmi le monde, seuls deux choix s'offrent à moi: me battre ou m'enfuir. Deux choix auxquels je n'ai pas toujours le droit. Le courage n'est en rien responsable de ce que je vais faire; c'est la peur qui m'impulse vers les assaillants. La petite princesse, arme à la main, est à peine plus haute qu'une enfant; mais on me remarque, on me reconnaît. Comment pourrait-il en être autrement? Toujours aussi près du sol, toujours attifée des mêmes teintes. Pourtant, d'aucun n'émane l'envie de s'en prendre à ma “royale personne”.

Ç'aurait dû attirer mon attention.
Ç'aurait dû primer sur tout le reste.

Mais je me suis jetée sur un groupe en particulier, comme si des œillères m'avaient dissimulé tout le reste.
    ‘Damoiselle!’
Je ne comprends plus ces mots qui volettent à mon entour. J'ai saisi un col; ma lame va à un cou. Ce pendant, un bras m'entoure la gorge, un second me ceinture. La dague et un cri de stupeur m'échappent. On me touche. Dans la foule, on me touche! Les mâchoires populeuses m'étouffent. Je me débats, je bataille pour me défaire de cette étreinte. J'y enfonce mes griffes; mes pattes vaguent dans le vide.
Prise au piège. À la merci.

Un choc traverse mon assaillant. Une odeur métallique accompagne la chaleur de gouttelettes rouges; elles viennent sur mon front, ma joue. L'étreinte cesse sur les borborygmes de l'Omlidois, noyé dans son sang. Mes genoux heurtent le dallage froid. On m'enjoigne de faire preuve de plus d'attention, ce à quoi j'acquiesce. Ma main tâtonne le sol de porcelaine en recherche de son arme. Elle n'est qu'à quelques centimètres de moi. Je m'en saisis vivement, déploie mes ailes spontanément. Un couteau s'est perdu dans mes plumes; je les sens qui se brisent à l'impact. Je force un peux plus ma charge et toute pression s'échappe de l'arme — c'est à dire que j'ai déboîté le poignet qui la tenait. Je m'empare de cette seconde arme; j'assène un coup de la première, en aveugle. Mes ailes se sont closes: elles m'ont libéré un espace latéral important.
    Fiulo!’ Ce disant, j'ai enfoncé mes griffes dans le dos d'une chemise et tire à moi l'individu.
Mais son peu de réaction revient à prouver qu'il porte une brigandine. Je réitère l'opération, de manière plus poussée — en somme, je plante une lame dans son épaule sans trop réfléchir.
    Lin ellasu! LIN ELLASU!!
Lâche-le, lâche-le…. Mais qu'il le lâche! Il saigne… il est blessé; on l'a blessé; tu l'as blessé — c'est toi, n'est-ce pas? Toi, celui que je retiens de toute ma force: c'est toi le responsable! Le voilà qui tente de se dégager de moi qui l'entrave et le pèse. Je ne veux pas lâcher — je ne dois pas lâcher ma prise… alors je plonge mes crocs autour de ses cervicales. Son sang, chaud et âpre, se répand entre mes mâchoires. Sa main fourrage dans mes cheveux, s'y cramponne avec toute la fébrilité de sa panique. Sa prise est violente mais ses forces l'abandonnent. Je me leste le plus que je peux; me trouve une autre prise au niveau de son sternum à la pointe du couteau.

Il perd tout équilibre.
Chute.

Je suis la première à atteindre le sol. Le poids de l'Omlidois me compresse et chasse tout l'oxygène de mes poumons; je lâche prise en même temps que je suis prise de ce soupir.

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Dim 30 Oct - 19:35

Et moi qui pensais passer une soirée tranquille, enfin, façon de parler, étant donnée que j'aurais continué à être au milieu de gens inconnu et mal a l'aise à cause de la différence de race. Je voyais Warui s'énerver par nos reproches et nos sous-entendue au chevalier et a moi-même, et je me demandais si c'était vraiment le moment de s'emporter pour si peut alors qu'elle nous connaissait et surtout a un moment pareil. J'avais bien envi de lui répondre, surtout que ce n'était pas à "Volky" qu'on s'était rencontré mais à la capitale ! Mais cela ne servait absolument a rien, je lui balancerais tout plus tard !

"T'es vraiment pas possible !"

Puis un nouveau venu, c'était... bon sang c'est un de ses gros machin qui pouvait tuer avec un doigt, au sens figuré bien entendu. Mais dans quoi je m'étais encore embarquer ?
De peur je me réfugiais légèrement derrière le chevalier étant donner qu'il était à côté de moi, je ne voulais pas que ce Troll me touche avec ses énormes doigts et sa peau dégoûtante. Et j'appris que c'était la bestiole du chevalier. Normalement les animaux de compagnie ne ressemblaient pas à des chiens ou autre qui son tout gentil et super fidèle ? Je fit une grimace au moment ou j'entendis Warui nous dire ou se trouvait l'armurerie.

"Quoi, mais attend..."


Je me décolle de Rhondo pour m'approcher de Warui.

"Mauvaise idée, ce serrait du temps perdu, il faut empêcher ces ravisseurs de sortir de cette salle. Si l'on sortait pour chercher des armes, il pourrait nous suivre et les trouver. Je propose plutôt aller bloquer la porte et sauver les invités au plus vite."

Mais en attendant, je n'avais pas d'arme pour me défendre ou bien pour passer à l’offensive. Il fallait bien que je trouve autre chose. Je regardais vite fait autour de moi puis, je m’aperçut qu'il y avait plusieurs couteau a une table. Je me retournais vers mes pseudo compagnons pour leur dire que c'était bien, mais ils étaient occuper. Une expression de lassitude se montra sur mon visage.

"Franchement qu'est-ce que je fou là"
Dis-je à moi-même.

Pour pas traîner en attendant que ces jeunes gens, façon de parler encore une foi, passe à autre chose, je m’attrapa le bout de ma robe pour commencer à la déchiré afin de la raccourcir et créés une fente pour mieux me déplacer. Je détacha ensuite mes cheveux pour me sentir plus à l'aise.

"Bon faut se bouger !"

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Stryfe le Ven 11 Nov - 3:19

Normalement, Rhondo aurait surement rigolé un peu en voyant que même la demoiselle humaine qui se donnait un tel air de fierté avait été apeuré par Trogg. Normalement, Rhondo aurait peut-être été plus qu'un peu distrait et égayé par les avances de la démone, mais ceux-ci n'étaient pas des temps normaux. Les minutes qui s'ensuivirent, du moins.

L'air dans la salle de réception était chargée d'une follie manique qui l'anima violemment dans une danse macabre que le Chevalier Noir reconnaissait bien. L'odeur forte du fer qui impregna la salle, elle aussi, Rhondo la reconnu, et considérant l'aération de la salle et le sang, minime soit-il, qui avait déjà coullé ici, il n'était pas entièrement surpris de la retrouver ici. Oh, oui. Ce n'était plus un attenta qui se déroulait sous ses yeux avec une clareté enivrante; c'était une bataille. Il prit une profonde inspiration, et que ne fut pas sa surprise lorsqu'en exhalant, un sourire serin se forma sur son visage.

Du coin de l'oeil, il aperçu au milieu du chahut la petite demoiselle Farïde, la petite noire, qui se battait vaillamment contre les assaillants. Mais pourquoi donc? Connaissait-elle leur victime? Soudain, un des assassins qu'elle terrassa lui tomba dessus et elle fut prise sous son poids. Et quelle malchance, un des malfrats se dirigeait vers elle, l'arme levée. Il aurait bien voulu ordonner à Trogg de protéger l'humaine, mais il n'en avait pas le temps et ses réflexes ne lui permettraient pas. De toute façon, le troll savait bien ce qu'il faisait.

Donc, la réaction du Chevalier fut presque immédiate, instantanée; d'un pas léger et agile, il se dirigea vers le malfrat, son épée prête une fois de plus à faire couler le sang. D'une épaule puissante, il plaqua l'assaillant à terre alors qu'il n'était qu'à quelques pas de sa convoitée victime, et d'un coup presque disintéressé (ces hommes n'étaient après tout que trop loin d'être des combattants aguerris comme le sieur Noir), Rhondo planta sa lame dans la tête du tueur et l'enleva aussitôt.

Et, du coup de son pied, il extirpa le lourdeaud qui s'était écrasé sur la demoiselle et lui offrit silencieusement sa main. Pour la deuxième fois, remarquerait-il plus tard. Pour l'instant, son esprit se tourna à l'analyse, car une réalisation vint vite le perturber. Ses assassins (ceux dans ses environs immédiat, du moins), il les reconnaissait que trop bien, car ceux-ci ne lui étaient point étranger. Ces hommes étaient Omlidois. Mais les autres? Le monsieur polit à l'accent bizarre? Non, eux n'étaient pas Omlidois et il ne les reconnaissait pas. Alors que donc se passait-il? Et qui était leur cible, d'ailleurs? Aussi imposante soi la Démone Warui, elle faisait clairement parti de la royauté et ils l'urent sous leurs nez. Et la famille royale? Exposée et trop peu protégée, mais pourtant intact, à l'apparence des choses. Qui donc devaient-ils tant tuer qui leur fut ignorer la royauté?
avatar
Stryfe
Dieu de la Guerre/Élysien exilé/Le Chevalier Rose

Messages : 197
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Ven 11 Nov - 6:09

Visiblement, le Troll laissait bien des impressions. N'en ayant jamais croisé auparavant, Warui garda bien ses distances. Xena de son côté argumentait que l'armurerie était trop loin et tenta de se servir de ce qui trainait à portée. La robe était déjà confortable, elle ne prévoyait pas changer de vêtement pour se battre.

"Vous deux, dit Warui en pointa le Troll et l'Humaine, vous allez à la porte et vous les empêcher de sortir. Et pour toi, Xena..."

Warui tendit la main. On put entendre un sifflement venant du Ciel, ainsi qu'un éclat argenté qui vint attérrir dans la paume droite de la Farïd. Il s'agissait d'une épée normale, relativement légère.

"J'aurais bien voulu que tu reprenne la tienne mais elle semble me détester... alors..."

Et Rhondo l'ignorait carrément!!! Cependant, elle repéra quelque chose de beaucoup important. Le sang et le cadavre en face d'eux, au milieu de la foule. Ainsi que la tache noire en dessous. le coeur de Warui se mit à battre à pleine vitesse, la Déesse perdant de sa superbe

"Nolshiraaaa!"

Elle laissa Xena avec Trogg, oubliant la précsence de l'Humaine, elle oublia même le Chevalier Noir pendant les secondes qui lui furent nécessaires pour arriver aux côtés de sa nièce. Rhondo les avait rejointes et dépêtrait Niiz de son poids. Warui n'hésita pas une seconde pour prendre la Farïd dans ses bras, malgré le bras tendu de Rhondo, tremblante de sa frayeur passée.

"Ça va....?"

Les gens autour étaient paniqués. On aurait dit un troupeau de vaches poursuivies par des loups. Et leurs cris commençaient à énerver Warui. Une des raisons pour lesquelles les fêtes de nobles n'étaient pas pour elle. Un grognement commença à rouler dans sa gorge, les eux autres sans doute assez proches pour l'entendre. Un troisième assaillant arriva droit vers eux. Warui laissa Niiz et donna un violent coup de poing dans l'estomac de l'inconnu. Il en perdit le souffle, tomba à genoux en tentant de respirer normalement. Warui le plaqua au sol, la lame de Kuroi contre son cou.

"Dë na si lido, Nolshira"
(Ça va être laid, Nolshira)

Visiblement pas un Nascarien. Quand elle reconnu la tenue, elle eut un bref moment de stupeur qui lui valu un poing dans le flanc, au même endroit où Rhondo l'avait blessée. Warui serra les dents de douleur. L'autre en profita pour se dépendre et pour essayer de prendre le dessus. Il dégaina son arme. Les gens autour s'écartèrent. ne jamais sortir du cercle. Un pas en arrière et il en profiterait pour l'aculer. Ils tournaient en rond, se jaugeant l'un l'autre, cherchant la moindre faiblesse. Sa garde était bonne et sans doute trouvait-il que celle de Warui laissait à désirer. Kuroi pendait à son flanc, comme si la princesse n'était guère préparée à contrer. Il eut la surprise de constater la vitesse de son adversaire quand elle parra en un éclair son coup d'épée, Kuroi grugeant et faisant fondre lentement l'épée de métal ordinaire. Ils étaient proches, très proches. Les ombres sous eux commençaient à bouger, s'élevant sur le corps de l'étranger. Il ne le remarqua qu'au dernier moment lorsque l'étreinte ténébreuse se resserra sur sa gorge et se bouche, l'empêchant de crier à l'aide. Il ne pouvait plus bouger non plus, les filamements noirs immobilisant ses membres. Allaient-ils garder celui-ci en vie pour l'interroger? Regardant au loin de la salle, Warui vit Xena et le Troll qui venaient d'en mettre un à terre. La Farïd Bleue approcha son visage de celui de sa prise.

"Normalement ceux qui attaquent la noblesse ou la royauté sont exécutés sur le champ... mais pour un beau jeune homme... (Il s'agissait d'un Farïd à la fourrure orangé) je pourrais peut-être faire une exception..." sursurra-t-elle à son oreille.

La seconde d'après, il disparut dans l'ombre sur le plancher. Warui se tourna vers Niiz.

"Rappelles-moi de le laisser sortir pour interrogatoire... "

Elle soupira:

"Ça va être laid de devoir nettoyer après tout ça.... le sang et la nourriture.... en plus de l'alcool......"

Édit Waru: Là elle paraît moins folle, au moins. C'était pas de l'acide, c'était un plagiat de Shikamaru XD


Dernière édition par Warui Black Blade le Mar 29 Nov - 9:50, édité 1 fois

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Niiz le Lun 21 Nov - 19:03

Je n'arrive qu'à respirer par saccades, étouffée entre un poids mort et le marbre blanc qui carrelle terre. Empêtrée, entravée, prisonnière. Sips! … où est Sips? Le petit qu'on m'avait laissé à garder … Il aimait bien qu'on le surnomme ainsi.
— Il y a longtemps.
J'ai beau me débattre, le corps continue de me peser. Mou, abandonné par la vie, il répand encore son sang à débit moindre. Ç'aurait été le cadet de mes soucis: je suis empressée par le besoin de sauver le nihæl. Ce sont coquins a aatiner fillet! Mais je ne bats que du vent. Je continue d'égratigner le poids qui me piège; gronde et gémis, toujours la même chose: “Ilin mi lassi lin vundi ne povas … . Mi ne povas!” Je ne peux pas, je ne peux pas — non je ne peux pas! Comme si le mort aurait pu répondre courtoisement à mes suppliques. L'unique utilité de ce Daribadois envers sa patrie se trouve bien seulement dans sa dépouille encombrante! Cieux ce qu'il m’embarrasse‼ Si j'avais à craindre pour ma vie, peut-être aurais-je vu l'approche d'un second assaillant d'un œil moins éteint. Il ne deviendra pas plus brillant adversaire: l'étranger est jeté à terre par un colosse sombre en lequel on ne peut que reconnaître Rhondo. Ce pendant qu'encore un jet de rouge s'en vient piqueter le carrelage de marbre et la robe de soie, mes pattes griffent, rippent et glissent mues du bon espoir de me dégager de là par moi-même. Je ne lui redevrai rien! Jamais! Il ne paiera pas ainsi sa dette! Pas pour un motif si futile — non, jamais!
Je te désaimerai à sa place, brute.

Dès que cesse la prise du mort sur ma personne j'attrape le couteau qui m'est le plus accessible; reprends une position offensive devant la main que l'on me tend. Ma scène de haine manifeste est effacée aussi vite que le geste hypocrite: emportée par une étreinte violente, je manque une fois encore d'être désarmée. C'est contre Warui que je suis. La folie maternelle dont elle est prise devrait me soulager, mais même sachant une si chère amie encore fidèle à la meilleure part d'elle-même, je ne peux oser céder aux réjouissances.

Parce que ce sera laid.
Parce que la Mauvaise revient toujours.
Parce que je vois encore la plaie de l'enfant tenir une lame entre ses lèvres. Elle la mord jusqu'au sang. Warui s'était dégagée de moi; elle attaque son assaillant avec une virulence emportée. Je ne vois nul intérêt à ressasser ce combat: je suis toute à mes recherches, et je sais que Warui est bien la dernière personne pour laquelle l'on devrait se soucier. Elle l'emporte, l'efface et me parle. Je l'entends sans l'écouter.
Semper eadem.

Un éclat de voix, un cri que je reconnais et je laisse tout ça derrière-moi; m'avance. Quelque chose vient siffler près de mon oreille, mais peu m'importe: quoi que ç'aurait pu être, ça ne m'a pas touchée.

Il est là … ! Il observe ses assaillants retenus, malmenés, assassinés. Il recule d'un pas, puis de deux; fait mine de partir. Discret, il se coule entre deux nobles en déroute. Il ne me distingue pas de la foule; je le suis.
Il est blessé. Il porte sa main à l'arme qu'il a dans la chair — je l'appelle; il se fige. Je lui tends ma dague. Il est imprudent à penser d'abord à s'armer plutôt qu'à se soigner, mais il est jeune encore. Je le vois qui me regarde, exsangue. Il doit avoir déjà trop saigné. Je lui commande de s'installer en lieu sûr et de —
On m'a suivie. Il envoie ma dague avec force. Je me retourne pour la voir se loger dans la joue de notre poursuivant. Mais sa joue seulement. Je n'ai que le temps de voir d'Illias parti tant que le Daribadois se ploie sous le coup de la douleur. Il m'a laissée à moi, sans arme. Abandonnée, désarmée, inutile même à un enfant.

Il avait grandi. Je ne l'avais pas remarqué. Il semble que bon nombre de choses m'aient elles aussi échappé … .

Je n'ai pas bougé depuis qu'il s'est enfui: à peine ai-je daigné faire face au blessé que je regarde reprendre de son allant. Et il y a moi, debout là, étonnée et encore à me demander ce que je dois penser de tout ce qu'il vient de se produire. Pourquoi craindrais-je que l'on me retire la vie? Je suis exclue de telles affres. L'adversaire tousse, empêche d'une main que ses chairs ne dévoilent ses crocs rougies; un filet de sang glisse encore sur les dalles lisses jusqu'à aller se perdre dans les joints; j'entends le faible ronron de mes grelots à mes poignets, à mes chevilles. — Que se passe-t-il? …
La haine remplace la peur sur le visage du farïd; elle strie son museau de sillon et découvre tout ce que son profil ne peut plus dissimuler. Il me voit debout là, stupide. — Que diable s'est-il passé? Je n'arrive pas à me convaincre. La rage de ne pas comprendre m'envahit par vagues bouillonantes.
Je la vois toutes ses griffes dehors, une main qui jaillit — je lui queplaiele le bras des miennes: immobile toujours, comme des serres je les ai faites se refermer sur cette dernière arme. Peut-être a-t-il hurlé? Qu'en puis-je bien savoir? — un frisson m'a traversée quand j'ai senti le contact ferme de ses tendons sur mes ongles. Je n'ai aucune autre réaction qui atteste de ma présence spirituelle en ces lieux que ce léger dégoût: mes doléances sont tout offertes à Warui (qui, de là où elle se trouve, ne peut les entendre … cette logique des choses tend à m'échapper).
    Dë na si lido … Dinass, dinass‼’ — paroles, paroles!, ‘Deux siècles à réapprendre le févliass universel, deux siècles qu'on ne manque pas de me mettre dans l'os!
Le mâle brun tâtonne le sol en recherche de ma dague, persuadé que je suis bien loin de notre actuel combat. D'une patte forte, je lui écrase sa main libre sur le manche de l'arme.
    Trouves-tu ça juste, toi? Moi point.’ Je soupire, lasse.
Je suis plus que surprise de l'entendre me répondre; je me rembrunis vite comprenant que ça n'a rapport qu'à des … comment ça, des “aveux”? Je réagis trop tard; j'entends trop tard la capsule de cyanure céder sous ses crocs. C'est tout son corps qui s'effondre; son poids vient à me glisser des mains. Je me renferme dans ma prime surprise quand je le vois sujet à des convulsions toniques … puis plus rien. Quêtant du regard à mon entour, je viens à craindre le pire … .
• ❧
Adrien se laissa choir contre un mur. Ici la foule des nobles s'agitait avec trop de véhémence pour qu'il y eût quelque chose de plus à risquer plutôt qu'ailleurs. Un autre regard à sa plaie ouverte lui suffit à s'en convaincre: il resterait ici le temps de stabiliser son état. Le jeunot arracha sa manche pour s'en garroter le bras, espérant serrer assez pour en sortir le couteau — et, s'il n'avait pas fait de syncope arrivé là, se servir finalement de ce dernier comme de sa seule arme.


Dernière édition par Niiz le Ven 2 Déc - 17:50, édité 1 fois

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Sam 26 Nov - 22:26

J'étais vraiment prête a me battre avec de simple couteau. J'étais prête a me lancer droit devant moi sans vraiment me préoccupé des conséquence du simple fait que mes seul attaque ne ferrait que de simple blessure légère. Mais je m'en fichais, je m'étais préparé psychologiquement a prendre les devant et a risquer ma vie pour un pays qui n'est pas le miens. Car a se moment la, je ne put m'empêcher de repenser au ancien soldat de mon enfance qui allait toujours de lavant pour défendre leur pays et sa population. La seule différence avec moi, c'est que je me battais principalement pour moi même, donc si je voulais survivre, autant me battre.

Je regardais Warui, donnant des directive. J'étais prêtes a les suivre, n'étant pas très expérimenter dans le domaine de la stratégie et de la guerre. Cependant je ne put qu'apprendre une mauvaise nouvelle. Même si je me montrais quelque foi forte et sans pitié, il m'arrivait bien souvent de céder a ce qu'il me dépassait, comme se trolle par exemple. Et j'hallucinais en apprenant que Warui m'ordonna d'aller a la porte pour bloquer le passage avec lui ! Oh non, c'est pas vrais, dite moi qu'elle plaisante ? Je regardais le trolle a reculon pour évité tout contacte directe avec lui. J'avais l'impression qu'il allait me tué rien qu'en me touchant. Il éatait énorme, laid, dégoutant et surtout... Je ne sais même pas comme qualifier la dernière chose. J'avala ma salive en éspérant que cela se passe pour non.

Warui m'envoya ensuite une arme pour que je puisse mieux me battre, et je me dis qu'en effet se serrais mieux que des couteau. Je regardais l'arme avecun peut de réticence mais il fallait que je m'y résigne. Cette arme n'étais pas la Lumina Alba qui était a la foit plus dangeureuse et plus égère alors que celle-ci était lourde et la lame était épaisse. j'allais avoir du mal a la manier dans tout les cas. Puis enfin le chevalier et Warui fuir en direction de la foule pour les aidé. Je restais un moment sur place, me demandant vraiment si je devais bouger avec se monstre qui allait me servire de partenaire, mais je devais absolument garder mon esprit combatif que j'eu juste avant. Je serrais fermemant mon arme et regardea le monstre.

"Aller dépêche toi, on a du pain sur la planche !"


Lorsque j'ai dis cette phrase je me demandais s'il était idio et s'il connaissait l'expression. Bon peut être que oui, ce n'étais pas non plus très important. Je me détourna ensuite de lui et courut en direction de la porte.
La plupart des individu était au centre de la salle, et donc pour me frayer un chemin jusqu'a la porte d'entré, je fit le tour en suivant les murs. Lors de ma course je pouvais sentir le sol tremblé sour le poid du trolle derrière moi qui me suivait. J'avais l'impression que j'allais tombé tellement ça tremblait, même ci j'exagérais un peu les chose. Sur le chemin, je croisa un garçon, contre le mur blesser, mais je ne m'y attardais pas, je fonçais vers la porte qui n'avais pas encore était ouverte par chance et m'arrêta devant celle-ci. Enfin arrive, il était temps de monté la garde et de repousser tout ceux qui voulait passer, même les invités. Il ne fallait surtout pas qu'elle souvre.
Puis soudain je pensais a un truc, le trolle qui me suis était a toutes vitesse je pense... donc il aurait du mal a s'arrêter... donc je suis sur son chemin. Nom de nom !!!! Je fit plusierus pas sur le côté pour le laisser passer, limite a me colé contre la porte. j'étais halétante rien qu'en pensant a ça, puis je me ressaisit.

"Aller mon gros, faut accomplir la mission !"


Dis-je en m'adressant a peine a lui puis en prenant une pose offenssive en direction de la foule. Les intru était partout, certain s'appercevait qu'on allait leur bloquer la route en restant la, ils se précipitèrent donc sur nous. Un me prit pour cible. Fonça sur moi limite le casque en avant telle un bellier. Je m'écarta de sa route au dernier moment pour le laisser se cogner violement contre la porte, le frappa derrière la nuque puis donna un violant coup de pied pour le faire reculer. Celui-ci eu du mal a s'en remettre puis je parra les attaques des autres tout en les repoussant. j'en taillada certain, j'en frappais d'autre. Je ne montrais aucune faiblesse !

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Stryfe le Mar 17 Jan - 3:20

Rhondo avait senti le sang. Il avait senti la soiffe de combat et s'était laissé emporté par la violente
(toujours violente, toujours sanglante, toujours aussi stupide)
danse macabre. Trogg était tout l'opposé de son maître; là ou Rhondo ne faisait que rester stoïc, Trogg était calme; lorsque Rhondo se faisait entrainer dans des batailles sans bon sens, Trogg y resistait avec acharnement. Cette tâche d'assurer la sécurité du palais lui plaisait et lui allait bien. Cependant, malgré son calme, un calme serin et assuré plutôt que glacial, il se permettait encore des moments d'ironie personnelle. Prenez par exemple cette jeune femme (Xéna, avait-il pu entendre): elle devait penser sa peur et son dégoût envers le troll bien dissimulés sous son regard, mais Trogg était un malin, habitué à lire les pensés d'un homme bien plus complex et contradictoire, et pour lui elle était transparente comme un drap. Elle le prenait pour une bête stupide et sans tact. C'était bien. Très bien même. Trogg n'aimait pas qu'on le devine trop intelligent. Si l'on méprise une bête, on déteste les bêtes capables de raison. Rhondo le savait poète et intellectuel, et ce seul ami qui le devinait bien lui suffisait.

Alors, il tâchait de ne pas répondre à cette sotte; elle n'avait pas besoin de savoir qu'il guettait déjà d'un oeil vif la porte et ceux qui s'y dirigeaient. Il la suivit lorsqu'elle partit vers la porte, mais contrairement à elle, il s'arrêta devant le garçon blessé. Sa plaie était superficielle et si elle avait été empoisonnée, il serait déjà mort. Ce qui l'atterrait, ce petit garçon d'à peine dix ans, c'était la peur. Et pourquoi pas? Le voilà, blessé durant ce qui devait passer pour une fête, et il était face à un monstre dont il n'avait entendu parler que dans des contes de fées. Les mauvais contes de fées, ou les villains petits garçons étaient dévorés par de gros méchants monstres. Cependant, ce gros méchant monstre lui tendi la main en souriant un doux sourir.

-Viens, petit. Il serait dangereux pour toi de rester là. dit-il doucement.

Trogg aimait les enfants, et celà pour une qualité qu'ils avaient qu'aucun adulte ne pourrait imiter. Ils avaient le don de voir à travers les pauvres illusions superficielles que se faisaient leurs ainés, plus naïfs qu'eux malgré ce qu'on dirait. Un enfant ne se trompait pas sur le caractère des adultes; pour un enfant, un beau sourire ne cache pas le vilain qui s'y masquerait, et un regard dure ou un corps monstrueux ne peut leur cacher la beauté d'une âme. Donc, le garçon prit le main de Trogg, qui malgré une poigne puissante tâchait de ne pas le blesser plus qu'il l'était déjà, et fut guidé par l'énorme main du demi-géant vers sa poitrine velue et encore un peu sanglante.

-Qu'importe ce qui arrive, ne bouge pas trop et ne panique pas. Je ne laisserai rien t'arriver. Compris?

Il senti le garçon hocher de la tête et le prit comme affirmation. Sans perdre un autre instant, il se mit à courir vers la porte, tentant de rattraper son retard au plus vite possible. Arrivé là, les assassins remarquèrent qu'on voulait leur bloquer le chemin. Ils s'ammassaient, mais pourtant la jeune femme les repoussaient. Trogg dut admettre que malgré ses premières impressions, elle se débrouillait bien. Pour une humaine. Pendant qu'elle les retenaient, il fermerait la porte d'une manière plus permanente. Il aurait besoin de ses deux mains, cependant.

-Accroches-toi bien, petit!

Il sentit l'enfant resserrer sa poigne sur sa fourrure. Celà fît un peu mal au troll, mais c'était une bonne douleure. Il se libéra donc son deuxième bras, avec lequel il couvrait jusqu'à maintenant l'enfant, et il prît un chandelier, le genre long et fait de bronze, et il le passa dans les poignées des portes. Ensuite, avec pourtant peu d'effort pour sa part, Trogg tordi le chandelier de manière à verrouiller les portes pour de bon. Satisfait de son travail, et rassuré que personne ne pourrait ouvrir cette porte tant qu'il n'y consentait pas, il déposa le garçon et l'assit doucement contre la porte.

-Garde la porte, petit. dit le troll. Je ne laisserai aucun méchant t'approcher.

Le jeunot sourit et Trogg lui retourna le sourire avant de rejoindre Xéna dans sa défense de l'entrée.

**********************************

Rhondo, de son côté, avait de tout autres problèmes. Il se sentait plutôt blessé que cette noireaude lui retourne un air aggressif pour son effort, et plus profondément insulté par Warui, qui était visiblement incapable de lui faire confiance avec cette tâche pour mieux accomplir autre chose elle même. Mais qu'importe; son devoir prennait précédence sur son orgueil. Pour le moment, une chose lui était évidente: cette Nolshira, elle avait un lien avec la famille royale, et donc il était de son devoir de la protéger, vu que la démone était bien trop diviseé pour remarquer que celle-ci était préoccupée par autre chose. Il suivit donc la demoiselle noire à travers la salle et quelque corridor tortueu pour constater qu'elle suivait le même jeunot qu'il avait combattu au tournoi, cet Adrien d'Illias. Que de plus, il semblait qu'il était la cible de ces assassins.

Un des assaillants venait d'attaquer la noireaude, et Rhondo dut sérieusement se demander s'il devait plutôt venir à son aide ou lui épargner son orgueil et se concentrer sur d'Illias. Finalement, en constatant son sang froid et son habileté, il décida qu'elle pouvait se débrouiller et lui passa donc à côté sans un autre mot; mieux vallait se fixer sur son devoir que risquer de dire un mot de travers pour la fâcher inutilement. Il suivit donc la trace de sang que l'autre jeune chevalier avait stupidement laissé sur son chemin, jusqu'à le retrouver, échoué contre un mur en guettant ses alentours. Pourtant, distrait et blessé comme il était, il n'a pas remarqué Rhondo. Furieux, Rhondo s'approcha donc silencieusement du jeune homme et lui mit le talon de sa botte dans sa blessure pansée. Adrien lâcha un cri presque animal à cette douleure, et Rhondo voyant que le jeune homme avait assez souffert, lâcha la blessure et redéposa son pieds à terre.

-Non, mais! Vous êtes fou! cria d'Illias, foudroyant Rhondo de son regard.

Mais le regard de Rhondo réussissait pourtant à être beaucoup plus enragé, bien plus terrassant, et il ne le détourna pas d'Illias, même comme il décapitait d'un coup las un ennemi qui fonçait vers lui. Le corps lui giclait du sang sur son habit, et il se pencha rapidement pour ramasser la tête du farïd, dont l'expression de rage et de malice était figée à jamais.

-Si j'étais l'un d'eux, tu n'aurais pas eu la chance de souffrire, fénéant! cria Rhondo en brandissant la tête décapitée.

Il lança violemment le crane au sol, qui éclata brutalement, et d'Illias dut détourner son regard de celui du Chevalier Noir, mais Rhondo pouvait quand même y dicerner la honte. Il secoua la tête, soupirant, et il prit doucement l'épaule d'Illias pour le soulever.

-Allez, debout! dit-il plus doucement et plus calmement. Je ne sais point ce qu'Omlid te veut, ni pourquoi ces étrangers voudraient ta mort, mais je doute que ta mission ne te permettes de trépasser. Tu vivras, et je t'escorterai d'ici.

Rhondo regarda la carcasse qu'il avait créé et vit que celui-ci était un des étrangers. Pas un Omlidois. Quelqu'un d'autre.

-En marchant sur leurs corps mutilés, s'il le faut. dit-il en hochant la tête vers le cadavre.


Dernière édition par Stryfe le Dim 22 Jan - 19:10, édité 2 fois
avatar
Stryfe
Dieu de la Guerre/Élysien exilé/Le Chevalier Rose

Messages : 197
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Mar 17 Jan - 21:57

Niiz était partie de son côté, Rhondo était parti de son côté, Xena et Trogg étaient partis vers la porte pour enpêcher les assassins de s'échapper. Les jumeaux sécurisaient les invités. Warui se retrouvait toute seule, Kuroi à la main, au centre de la place.

"Pfff... bon... je suppose que je vais me contenter de les tuer..."

Puisqu'ils l'avaient laissée à elle-même et qu'ils semblaient pouvoir se débrouiller, elle ne se retienderait pas. Warui resta debout, cherchant le moindre ennemi. Son prisonnier l'avait frappée au flanc, ouvrant la blessure que Rhondo avait faite. La douleur était revenue et le sang coulait, on pouvait en voir sur sa jambe. Un autre en profita, se disant qu'elle serait moins apte à se battre, il lui sauta sur le dos comme un fauve et la mordit au coup tout en lui enfonçant un dague dans sa blessure. Warui cria de douleur, le prit par le collet et le secoua pour l'enlever. La dague, elle, resta. L'ennemi, Farïd bien sûr sinon un Be'arle se serait déjà fait repéré, sortit une épée courte de sous ses vêtements et commença à attaquer à coups de lame. Trp occupée à parer l'arme de son adversaire, Warui n'avait guère le temps d'enlever la dague qui la gênait. Elle parvint à trancher le bras du Daribadois qui hurla de douleur avec la magie de Kuroi faisant effet, lui grugeant gangrènant son épaule.

Warui prit la dague avec un grognement de douleur et la jeta à terre, maintenant la blessure avec empiré.

"Moi qui pensais laisser guérir normalement... à ce train-ci... j'aurai pas le choix..."

Elle mit sa main droite pour amoindrir le flux de sang. Elle ne pourrait pas se battre à pleine capacités. Elle avait vraiment besoin d'endurcir son entrainement! Puisqu'elle était à vue, il y avait un grand espace avec elle au centre et personne entre, elle était plus facile à cibler. Elle était un obstacle. Ils devaient l'éliminer sinon les chances que eux se fassent tuer étaient hautes. L'un d'eux eut le courage de la prendre de front, et de la frapper au visage. Elle évita le coup de poing mais pas son épée à lui. Il l'enfonca dans sa poitrine, sous les yeux de tout le monde. Warui ouvrit grand les yeux, le sang montant à la bouche, elle en crachait.

Les jumeaux ne firent rien, ne dirent rien. Reina et Seras durent être retenues par Goldor et Rouna. Les Princesses criaient et se débattaient. L'assassin était content. Il avait tué la Princesse Warui. Avait-il? Il sentit une puissante poigne sur sa gorge. Aussi vif que l'éclair, Warui avait mis la main sur la gorge du Farïd qui étouffait. Elle resserra, elle pouvait entendre des craquements. Les yeux se tournèrent pour être blancs, il rendit son dernier souffle et devint mou. Elle le lâcha, l'épée encore dans son corps. Tout le monde la regardait. Elle prit l'arme par la lame et la retira lentement, serrant les dents. Elle lança l'épée et mis sa main sur la blessure. Cette fois elle n'avait pas eu le choix. Elle était enragée et n'abait pas pensé à punir son assaillant comme il le méritait. Elle trouverait autre chose. Une blessure grave comme celle-ci coûtait cher.

"Un autre abruti qui veut s'essayer?!" grogna-t-elle.

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Niiz le Mar 31 Jan - 20:01

S'il avait honte, Adrien gardait la tête haute—il ne glissa qu'un regard sur la porte alors hermétiquement close. Il esquissa un sourire d'amertume et de défaite à la vue du petit garde qui s'en était fait le protecteur. Ce fut ensuite exsangue qu'il resserra un peu plus son garrot: il tiendrait en moindre importance le risque d'en défaire les nœuds. Ce qui l'importait était de pouvoir retirer cette arme de son bras.

Voir la petite Niiz se désintéresser de son sort lui fit réprimer un rire, sombre, qui de dépit se contenta de tinter dans son crâne: elle partit, sans un regard en arrière. Sans même l'avoir vu. Ça laissait deviner le pire.

• ❧
Un hoquet, puis un cri:
    WARUI‼
Je fraye à travers corps, vivants ou morts. La puanteur du cadavre a saisi déjà celui qui combat et choit. Son suivant L'atteint—L'atteint Elle—au cœur. Car Warui a un cœur, qu'il vient de percer; c'est son sang à elle qui maintenant rejoint celui des victimes; c'est son corps qui maintenant va tomber.

Tout en moi s'est retiré.
Le temps flotte, suspendu.
Lui se pavane. Sourit. Et rit; elle est surprise

( … peut-on seulement tuer un Dieu?)

, s'en empare à la gorge.
Et l'achève.
Le sang couvre leurs mentons à tous deux.
    WARUI!’ crie-je, ‘Suffit!
C'est à mon tour de l'atteindre; j'ai posé mes mains sur ses plaies, sans brusquerie. Je ne guéris pas mais la rappelle à cet espace déchiqueté et sanguinolent creusé à la pointe de la lame entre deux côtes. Qu'on ne l'arrête et elle repartirait en guerre: tuant, mordant, détruisant, et sans nulle distinction; le risque d'une nouvelle fureur est trop lourd pour oser l'aventure. La grand salle n'est pleine que d'un demi-quart de Daribadois et—étrangement—d'Omlidois; les autres, tous ou presque, sont de ces terres. Il n'en faut perdre aucun de ceux-ci: tant parce qu'est de notre peuple et de nos hôtes dont il s'agit, que telle horreur serait la dernière de Warui.

Le geste apparaît soudain superflu: elle effraie et tient en respect ces chiens comme le brasier l'eût fait de fauves. Le silence les couvre tout à coup à notre entour—ou plutôt le leur: à elle et son cadavre. Ils tremblent, tanguent; pour certains, reculent s'ils ne sont figés. La peur: ce n'est que maintenant qu'ils la sentent; leur mission est un suicide: ce n'est qu'alors qu'ils en saisissent toute l'ampleur, que certains comprennent pourquoi ils ont sur eux ce poison. Nul ne serait jamais assez vieux pour se souvenir de Daribad, ce charnier; l'écho de cette crainte ancestrale, pourtant, paraît les voiler de son ombre … .

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Ven 24 Fév - 23:34

J'avais devant moi un groupe de Farïd et d'autres personnes qui semblaient prêts à tout pour arriver à leur fin. Mais quel était réellement leur but en attaquant de cette façon durant un Gala ? Avait-il au moins un objectif ou bien c'était juste pour se défouler ? Mais ce qui m'intriguait le plus c'est qu'il n'y avait pas que les Farïds dans ce groupe, Daribad et Omlid s'étaient lié pour cette attaque. A ce moment-là je pensais que la récompense à la clef devait être bien grosse. Mais je trouvais également qu'ils agissaient tous par inconsciences, oui après tout il y avait plusieurs être vivant qui avait la capacité des dieux ici.

Mes yeux gris a double iris parcouraient vite fait tous les adversaires qui se trouvaient devant moi, ils devaient se dire que cela allait être facile de me battre et en partie je leur donnais raison parce que de un, je n'avais pas mon arme habituel et de deux, je n'avais pas la tenue adéquate. Je sentais que cela allait me gêner au plus haut point. Mais pas le temps de s'attarder la dessus, laissons place à l'action.

Un adversaire de montra de façon attife pour en finir au plus vite, mais je le vis bien avant qu'il ne le pense. Rapidement je parais son coup et le repoussa en en profitant de son incompréhension pour lui porter un coup dans le ventre. Ce genre d'attaque se répéta plusieurs fois de suite telle une première valse. Heureusement pour moi se genre de chose n'était pas grande chose, surtout que j'étais particulièrement doué pour les parades.

La porte était fermée, il fallait juste les empêcher de s'approcher de trop près à présent. Une deuxième valse s'annonça, mais ceux-là étaient un peu plus armer. Bien prenons une autre position de défense. Je changeais de main. Je n'étais pas très adroite avec celle-ci mais j'avais étrangement plus de force, sans doute parce que je ne contrôlais pas parfaitement le mouvement ni la force de celle-ci. Enfin bref, j'eu un peu plus de mal à paré les coups cette fois-ci mais lorsque je les rendais, cela brisait leur petite défense un peu plus renforcer. Un coup tête, bras, ventre jambe, et voilà quelque ennemis en plus à terre. Je souriais de satisfaction et j'étais monté à bloc.

"Aller ramenez-vous bande de bouzeu, je suis prête pour la suite."

Mais lorsque je prononçais ces mots, un lâche s'en prenait au petit qui gardait la porte derrière moi. L'ayant remarqué de justesse je fis demie tour et para rapidement le coup qu'il allait porter au garçon en enfonça l'épée dans la porte. Ne pouvant pas la retiré tout de suite, j'attrapais le poignet du gars pour ensuite lui porter quelque coup attraper quelque endroit de son corps et le mettre a terre. Il n'était pas si coriace finalement. Je repris l'épée et regarda le gamin. Je lui fis un clin d'œil en lui souriant et je me mis au côté du troll. Même si sa présence m’intimidait j'arrivais à prendre sur moi.

J'allais retourner à l'assaut lorsque je remarquais qu'il se passait quelque chose dans la foule. Tout le monde s'était totalement figer pour regarder ce qu'il se passait, même moi j'étais plus ou moins prise de stupeur en voyant cela. Mais pourtant Warui changea la situation. Elle survie, tua son asseyant et fit appel à de la magie. Au moment où elle l'utilisa je ressentis le reste de mon corps vibré. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais l'impression à ce moment-là d'être à la place de mon épée qui ressentait de la magie noire dans les alentours. Ce n'était pas la première fois que je ressentais cela mais c'était en particulier lorsque mon épée n'était pas là. J’avais vraiment l'impression de prendre sa place.

Cela me gênais j'attrapais mes vêtement à ma poitrine de ma main libre et serra fort le poing.

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Jeu 1 Mar - 17:33

(Ced m'a donné son tour)


L'assassin reposait devant elle, la gorge écrasée, le sang continuant de sortir de sa bouche. Couché dans une position qu'aucune personne vivante n'aurait assumée pour dormir. Ses yeux étaient grand ouverts, retournés vers le haut, pour lui. Excepté pour les preuves indiquant qu'il était mort, il aurait pu dormir. Warui restait debout, immobile. À chaque respiration le sang continuait d'afluer au rythme de son pouls, continuant de tâcher sa robe, sa fourrure et le plancher ainsi que le corps à ses pieds. Elle avait soigné les blessures à son coeur mais pas celles à sa poitrine et à son dos qui étaient douloureuses. L'odeur du sang emplissait la pièce, le sien ne faisait pas exception. Les relents métalliques lui montaient au nez. Métal.... sang... le bruit des lames... sa vision devint floue. Là où les assassins se battaient, elle revoyait les soldats qui avaient failli marcher sur Nascarian.

La respiration de Warui devint plus creuse, plus rauque, le souffle d'un animal. Elle commençait à assumer un port plus bestial, le dos légèrement courbé. Elle haletait presque, cherchant l'air. Le sang qui tombait commençait à faire dissoudre le plancher à très petit feu. Son gant gauche se liquifiait sous l'intensité des rayures de son bras qui brillaient d'une lueur malsaine. Ses yeux avaient changés. Ils étaient devenus complètement noirs avec une simple ligne violette pour la pupille. Des yeux démoniaques que, lorsqu'on les regardait, l'on pouvait sentir notre âme être aspirée, appelée par un vide sans fin que l'on ne pouvait s'empêcher de fixer. Les yeux, glacés et vicieux d'un monstre. Même son apparence commençait à changer. Ses traits devenaits plus canins (Et le bout de ses canines supérieurs dépassait ses lèvres). Elle bavait comme un animal enragé. Elle n'était plus à Nascarian, dans la salle de gala, non. Elle était aux Champs des Soupirs, lieu de la bataille finale entre Daribad et Nascarian. Elle se souvenait. Le seul moment où elle se souvenait avoir eu autant de sang sur elle était lorsqu'elle avait Shao dans ses bras durant ses derniers moments. Elle le cherchait. Elle ne le voyait plus. Elle l'avait vu il y avait cinq ou dix minutes avant de se séparer. Elle ne voyait plus la tache rouge ni son armure. Warui commençait à gronder, retroussant les lèvres pour montrer les crocs.

Autour d'elle, elle ne voyait que des ennemis, des monstres l'empêchant de rejoindre son mari. Elle prit une grande inspiration et alors qu'elle allait s'élancer sur les soldats en hurlant pour les massacrer, elle sentit un contact sur sa poitrine. C'était léger, doux. Sur sa blessure, comme pour endiguer le sang. Warui resta bouche ouverte, elle n'émit aucun cri, seulement un léger sifflement, comme une faible plainte aigüe, un chien qu'on retenait en laisse. Baissant le regard, elle vit Niiz qui se collait à elle. La Déesse la regarda quelques secondes, d'un regard déboussolé. Niiz... Warui regarda la salle. Ce n'était plus les Champs. C'était la salle de gala. Tout le monde la regardait, terrifié. Elle sentait la peur partout. Le sang tachait Niiz, tachait ses mains. Warui respira plus fort. Elle les voyait. Elle les voyait dans la foule, ils se cachaient! Ils étaient à porté de main! Dans sa tête, passé et présent se mélangeaient. Elle voulait les tuer... ils avaient osé la blesser et ils avaient tué Shao! Elle les tuerait pour avoir tuer Shao! Warui tendit le cou vers l'avant et rugit comme un animal en direction des assassins en crachant le sang et la salive. Rien de moins que le cri d'une bête sauvage assoiffée de vengeance. Ce n'était pas le cri aïgu qu'elle avait pour habitude d'émettre. Celui-ci était irrationnel, bestial, cherchant seulement à paralyser la proie de terreur pour mieux tomber dessus. On pouvait même y entendre une note profonde voire abyssale. Les assassins et les les Nascariens étaient figés sur place en entendant un tel cri. Dans la tête de Warui une seule pensée restait cohérente... Tuer.... tuer..... Tuer! TUER!!!!

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Niiz le Jeu 8 Mar - 21:19

Mes doigts se collent de son sang qui coagule: déjà son corps dégage cette chaleur et ces nappes sombres. Je sens les plaies perdre de leur profondeur, les nerfs se tendre. J'appuie davantage et serre un lambeau de tissus contre les chairs encore à vif. À peu de chose, nous la perdrons. Nous la perdons: d'où je suis, je vois l'absence assombrir son regard.

Vide.

L'équilibre est précaire, ne tient qu'à un fil. Je l'appelle, encore, et encore. Qu'elle revienne—faites qu'elle revienne. J'essaie de conserver un calme que je n'ai pas: sur le fil de la lame, je ne puis même tenter un mouvement pour faire tinter mes grelots. Nul sort en sera issu. Son calme est trop fragile. Je tremble. J'ai l'impression que le temps s'est considérablement ralenti. Dans ma hâte, je n'ai pas prêté attention au dernier mort portant la signature de Warui, mais alors son corps m'oblige à un enjambement délicat. Ç'influe sur ma voix, ma prise. Je les veux douces, hélas une tension s'y fait sentir; les fait feuilloler et se forcer.
Continuer à parler.
Calmement.
Doucement.
Sans brusquerie.
Sans bouger—mais plusieurs déjà sont tentés de fuir. Sans hausser le ton, sans en changer, je supplie, entre deux phrases à Warui:
    Ne. Bougez. Pas.
L'instant de flottement prend fin; les vitres tremblent dans leur encadrement; les lustres tintent—
Elle crie, et j'ai comme l'impression de tomber. Aussi bien par crainte que pour l'empêcher de poursuivre ceux que j'entends se précipiter aux fenêtres, je l'étreins toute entière. J'ai enfoui ma tête dans sa robe comme une enfant qui craint l'orage. Le cris continue pour moi; grince sur mes tympans. Toute ma force la ceinture. Nous sommes au centre du vacarme. Je ne lâcherai pas, Warui.

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Ven 9 Mar - 0:38

Ambiance de mal de peur et d’angoisse. Mon sang vibra, mon corps tremblait sous cette présence que je ne comprenais pas. Pourquoi ressentais-je une chose pareille, j’avais l’impression d’être à la place de ma lame qui ne cherchait qu’a irradier le mal de tous ces malsain. Est-il raisonnable de penser ainsi, était-ce au moins possible que je sois comme mon épée ? Devais-je agir comme elle ? Je regardais toujours en direction de Warui sans pour autant la voir à cause de toute cette foule. Mes mains devenait moite, l’épée sans intérêt fini même par me glisser des mains et tomba dans un fracas. Les invité était figer, ne sachant quoi faire, personne ne savait quoi faire.

Mon regard était fixe, je n’arrivais pas à défaire mes yeux de Warui. Mais ce n’était pas vraiment elle que je voyais, c’était qu’une masse noir qui semblait se laisser entrainer par la folie. Alors que je sentais mon corps faire un pas sur le côté, je sentis un objet glacer dans ma main que je tenais fermement. Consciente de ce que je faisais, limite pousser à le faire mais que j’approuvais, je laissais mon corps devenir mobile de lui-même. Le bruit de mes chaussures résonnait dans la salle dans mes premier pas mais ils étaient étouffés par les cris stridents de la masse noire que pouvait observer mes yeux gris. Les farïd commencèrent à se tournée vers moi, se demandant tous ce que j’étais en train de faire alors que la Farïd noire et blanche avait ordonner de ne pas bouger, mais je n’entendais rien, absolument rien. Alors que c’était la première fois que j’avais affaire a une telle force démoniaque, mon corps ne faisait que se diriger vers elles en prenant soins d’éviter tous les obstacles. Pourtant, je sentais leur main me saisir le bras, mes hanches pour m’empêcher d’avancer plus loin. Comme pousser par une force qui me dépassais, et comme ils ne voulaient pas risquer leur vie, leur main lâcha prise et les lames des ennemis se retirèrent du chemin comme un automatisme.

J’y étais presque.

Dans la vision de Warui, je ne faisais que traverser ces sois disant ennemis qu’elle avait créé dans son hallucination. Ces ennemis qui n’étaient rien pour moi, juste du vide que je traversais si facilement avant d’enfin d’atteindre les lieux que je voulais. La Déesse pouvait bien être plus énerver ou plus excité en me voyant arriver. Mais que voyait-elle vraiment ? Pouvait-elle voir la lumière qui se tenait dans la lame que je tenais à la main ? Pouvait-elle au moins prendre en compte se pouvait qui était le contraire d’elle ? Mais moi je ne voyais qu’une masse noire devant moi et elle ne devait surement voir que la lumière.

Sur mon chemin un ennemis qui me barrait la route sans attendre poliment, je le poussais violement sur le côté de ma main libre, mais avant que Warui ne réagisse, je me mis en face d’elle et leva mon épée en pointant la lame sur le nez de la Déesse. L’épée réagis encore plus en étant si proche de cet être qu’elle devait considérer comme son ennemi premier dans cette pièce. Je le regardais de mes yeux gris à double iris. Je ne savais pas ce que je ressentais, mon corps continuais a vibré en la présence de Warui mais je ressentais également peur et détermination, c’était un drôle de mélange, quelque peu surprenant lorsqu’on y pense. Mais je ne souhaitais à personne de ressentir cela, car j’avais l’impression que ma vie allait prendre fin. Mais pourtant, dans sa vision de folie, Warui ne me voyait sans doute pas, elle devait voir seulement, une silhouette lui tendre une main qui lui disait :

« Tu es vie… honneur les en restant en vie… et non en tuant. »

Et pourtant ceci n’était pas mes véritable paroles car en réalité j’avais dit tout autre chose.

« Warui, tu vas te calmer ou je te botte le cul comme quand on était à la taverne !!! »

L’air déterminé, visage colérique, j’étais prête à la transpercer de mon épée pour le tué moi-même.


Dernière édition par Xena Escelya le Ven 9 Mar - 11:40, édité 1 fois

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Ven 9 Mar - 1:52

La présence de Warui était suffisante pour qu'un mortel sache d'instinct qu'un prédateau était proche. Le rugissement de Warui n'était que pour les terrorisé et faire entendre sa rage. Connaissant leur mère, Michë et Keiko n'osaient bouger un muscle. Ils revoyaient Daribad. Ils revoyaient la masse de rage et haine pures qui n'attendait que de se défouler. Mais Niiz restait contre elle. Niiz l'empêchait de commettre un massacre. Keiko était certaine que son sort ne réussirait pas à calmer sa mère et Michë savait que si Keiko échouait à la calmer, Warui n'hésiterait pas à la balancer par une fenêtre. Il remerciait son adresse et son agilité d'être capable d'esquiver les coups de la Déesse avec presque aisance.

Reina, Seras, Goldor et Rouna regardaient la scène, terrifiée. Ils savaient Warui capable de telles choses mais il y avait une différence entre savoir et voir. Et entre voir et ressentir. Seras était paralysée sur place et serrait la robe de mère à en la déchirer presque. Reina avait les yeux arrondis de peur, voyant la Bête Noire. Les Daribadois étaient paralysés, leurs jambes jouant les castagnettes devant la vision incomplète de la Bête de l'Apocalyspe qui avait rasé leur armée en une nuit et à elle seule. Les Omlidois pouvaient lever les yeux sur une Déesse, probablement la plus folle et la sauvage de tous. Il n'y avait aucun sourire sur le visage de Warui, aucun regard chaleureux, aucune bonne humeur. La Warui que tous connaissaient n'était qu'un pseudonyme, une pâle indication de qui elle était. C'était la Warui dont tous avaient peur, la vraie, le monstre qui se cachait sous une apparence normale. Keiko avait mise Reina en garde: si la princesse tenait à les rejoindre, elle devrait se préparer à ce genre de situation où il faudrait blesser Warui pour espérer vivre un autre jour. Vivre avec Warui rimait avec jouer avec le feu à chaque instant. Reina le comprenait à présent, elle comprenait pourquoi la Déesse l'avait confiée à de la famille. La Farïd Noire se détacha des trois autres, Goldor voulu la retenir par le bras mais Reina se débattit pour traverser la foule et rejoindre Niiz qui tentait de calmer la Kitsune. Elle ordonnait à ce que personne ne bouge, pour ne pas attirer l'attention du monstre.

Warui finit par cesser son cri. Sa gorge saignait sous la puissance des décibels sortis. La Déesse restait à sa place, Niiz la retenant. Celle-ci s'était accrochée à elle durant le cri, comme si la suppliant de se calmer. Supplications qui n'atteignirent pas le conscient de Warui. Elle l'enserrait à la taille, avait enduré la rage. Reina rejoignit Nolshira dans ses efforts, pleurant abondamment. Elle espérait que sa grand-mère saurait reconnaître son aura et redeviendrait normale, sourirait à nouveau comme une gamine. La Déesse ne cessait de grogner, n'aidant pas le flot rouge qui continuait de couler. Niiz tentait de couvrir la plaie de son mieux. Reina déchira des pans de sa robe pour l'aider. La douleur qui ne diminuait aucunement ne calmait pas Warui qui n'y voyait qu'un signe de danger. Elle savait quoi faire mais ne pouvait le faire! Elle avait utilisé les deux dernières âmes qui lui restaient pour refermer les plaies de son coeur. C'était déjà moins grave mais cela ne faisait que ralentir. Elle n'avait plus d'âme pour le reste. Et celles qu'elles voulaient se cachaient dans la masse noire devant elle. Une masse noire éclairée par une vive lumière blanche.

La lumière se dirigeait vers elle. Warui grognait en direction du flash blanc qui osait s'approcher. C'était puissant. Une émanation d'énergie contraire à la sienne. Un danger. Elle tenta de rugir à nouveau tout en avançant d'un pas en essayant de repousser Niiz et Reina, levant les mains pour tenter de trancher la lumière devant elle avec ses griffes. Elle s'arrêta sec une fois la pointe de l'énergie sur son nez. Le monstre cessa de grogner, fixant la lumière. Warui haletait, tremblait sous la perte de sang. Elle ne voyait que la lumière. Elle geignit comme un chiot quand la voix douce eût fini de lui parler. Comme si elle se plaignait de la réprimande faite à son égard. Elle baissa les bras et les rayures cessèrent de briller, le gant maintenant fondu sur le sol. Elle tomba à genoux sur le sol, se tenant avec ses bras. Elle avait perdu trop de sang. Les gens dans la salle purent finalement se détendre et commencer à parler entre eux. Reina s'accroupit au côté de Warui dont les yeux reprenaient leur couleurs habituelles et la pupille gauche se referma. Les jumeaux, maintenant sûrs que leur mère était revenue à la normale, rejoignirent le groupe. Michë s'assura que les princesses n'avaient rien. Xena n'avait rien non plus. Keiko n'eut qu'à jeter un coup d'oeil à sa mère pour voir qu'elle avait besoin de soins urgents. Pour prouver le point de l'Humaine, Warui ne put retenir un hoquet et vomit une flaque de sang qui s'était accumulé dans son estomac. Ses bras ne purent la porter plus longtemps et elle tomba de côté, froide.

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Niiz le Mer 14 Mar - 21:03

Je ne peux voir ce que Warui voit. Bien que j'en puisse sentir la pression, je n'accède pas à son imaginaire; il fait comme foule et m'écrase à l'instar de celle-ci. J'ai le souffle court; je ne lâche pas. Son cœur battant hausse et baisse la cage de ses côtes, chasse le sang par la meurtrière d'une plaie: les tissus que j'y presse s'enfoncent entre les lèvres irrégulières de la chair sans cesser le débit pourpre d'éclabousser mes gants, mes bras, le sol. La plèbe de cauchemars qui fait aura à Warui m'oppresse et m’étourdit; quand une présence amie en déchire le voile d'illusions, je n'ai pas courage à la chasser. Je la laisse s'approcher, joindre ses mains au travail des miennes.
Reina.
Vois Warui.

Ses muscles pulsent d'une puissance inquiétante, contenue à notre contact: mais nous pouvons en sentir l'intensité—elle coure et semble l'électriser toute entière. J'hausse la voix à en hurler presque mais rien n'y fait: voilà déjà longtemps qu'elle n'est plus avec nous. Un temps de flottement, dans l’œil du cyclone, à la lisière de deux forces—
la révolte. La voici qui se débat pour s'attaquer à—qui? Quoi? J'ai peine à ne pas chuter. J'attrape et maintient Reina mécaniquement, prenant le risque de défaire un peu ma prise. À terre, sa vie serait plus menacée que ne le serait jamais celle de la déesse avec pire hémorragie.
Xena parle, mais ses mots n'ont pas l'importance de ce qu'ils provoquent en Warui. Assagie. Heurtée plus profondément que par des atteintes physiques. Elle s'effondre mollement cependant que j'essaie de ralentir sa chute.

Le calme est revenu. C'est pourtant alors que tous s'activent et raisonnent. À peine la princesse s'est-elle apaisée que les babils ont déjà recommencé. Je la regarde, m'en détache prudemment. Je m'assure la laisser en de bonnes mains (en l'occurrence celles, et uniquement celles-ci, de Keiko) avant de me relever. J'entends Michë interroger Xena sur son état; mon tour vient vite. J’acquiesce avec un sourire fatigué avant de donner quelques dernières directives à la garde: il reste encore des terroristes dissimulés parmi les invités qui pourraient tenter une évasion. Il vaut mieux les en empêcher sans provoquer de pareil scandale.
    Faites vite et sans trop de bruit, quitte à en laisser s'échapper par les fenêtres.’ je désigne Warui avant de poursuivre: ‘Elle n'est pas la seule à avoir besoin de soins, et il vaut mieux sécuriser les couloirs avant les jardins. Aurez-vous le temps de prévenir le corps de garde de la capitale?
Je ne m'inquiète pas plus des signaux lumineux qui seraient envoyés et visibles des baraquements de la ville. L'avantage de la rapidité trouve néanmoins le défaut de la précision: aucun signalement du danger encouru ne serait donné—à défaut, tout individu suspect serait incarcéré. Je regrette soudain l'absence de Fadwa. Me retournant, la peur me prend à la gorge voyant Warui laissée en arrière.
Inerte.
Sans le réaliser, j’accoure déjà.

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Mer 14 Mar - 23:57

Je continuais a pointé mon épée vers Warui, m'attendant à toute éventualité de sa part. Être attaquer, subir ses pouvoirs etc. Mais au lieu de cela, Warui fini par se calmer et s'effondré au sol. Je ne comprenais pas, comme se faisait-il qu'elle s'effondré juste après avoir dit cela alors que je n'avais aucun pouvoir ? Moi qui n'avait aucun pouvoir, ou du moins à ce que je sache, je n'étais pourtant pas capable de la calmer, et pourtant c'est ce qu'il c'est passer, elle est totalement redevenue a la normal. La seule chose que je pouvais faire c'est de manier et d'utiliser comme il faut la lumina alba qui se trouvait actuellement dans ma main. Oui dans ma main... dans ma main ?... Dans ma MAIN !!!!!!? Comment était-ce possible j'étais pourtant sur de l'avoir laissé dans la pièce ou m'avait installé Warui. C'était impossible qu'elle soit là, totalement, je ne pouvais que rêver, mais pourtant elle était bien là, brillante et étincelante, n'attendant que je l'a brandisse pour déchainer ses pouvoir sur la moindre source obscure et noir qui puisse exister. J'avais vraiment mal à le croire.

Je regardais un instant mon épée, puis je la rabaissais pour regarder autour de moi. Les ennemis et même la plupart des invités me regardaient d'un air surpris. Je ne pouvais que leur accorder leur réaction, car moi-même je me demandais déjà si c'était réellement moi qui avais fait cela. Mais en attendant, comme les ennemis croyait que c'était moi qui avait calmé le démon noir, peut être que je pourrais en profité pour les chasser d'ici. Oui se serais bien après tout de profiter de ma nouvelle position dans la salle, j'étais au moins sur de faire effet après tout.

Mais avant que je ne me lance pour les chasser, un Farïd s'approcha de moi et me demanda si tout allait bien. En le regardant, je ne savais pas pourquoi mais il me faisait pensé à Warui. Attend se ne serais pas son fils ? Mais je n’eus pas eu le temps de répondre, il voyait que tout était bon et passa à la suite. Bon très bien j'allais pouvoir m'amuser.

Je m'éloignais donc ne sachant pas trop quoi faire pour Warui, préférant la laisser entre les mains des autres, j’aperçus rhondo plus loin. Je le rejoignis en prenant grand soin à bousculer et limité à m'occuper de quelque ennemis au passage.

"Rhondo ? Allez-vous bien ?"

Je n'avais pas tout à fait la même attitude que tout a l'heure, cette fois, j'étais plus à mon aise, et peut être même sans gêne, mais cela n'avait plus d'importance maintenant.

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Jeu 15 Mar - 11:58

Les gens avaient recommencé leur bavardage mais cette fois concernant l'attaque, chacun surveillant son voisin, le soupçonnant. Les vrais coupables tentaient de se faire petits, de se fondre dans la foule. le Général de l'armée était présent et Niiz lui donnait les directives à prendre. Il assura à la Princesse qu'il veillerait personnelement à ce quetout soit fait et qu'ils les attrapent jusqu'au dernier. les soldats commencèrent leurs recherches silencieuses. Bien qu'il serait sans doute difficile de faire plus sujet à potins avec les arrestations qu'avec la rage de Warui. Les gens aiment radoter. L'attentat on en parlerait pendant un mois. Warui? Une année et encore...

Goldor et Rouna gardaient leur fille à l'écart. Fille qui levait la tête et gigotait en espérant voir ce qui se passait. Xena avait quitté l'attroupement, elle aussi maintenant un sujet de conversation. Réussir à calmer la Princesse Warui était un exploit, un miracle! L'Humaine pouvait se sentir gonflée de fierté. Elle avait arrêté un massacre avant qu'il ne commence.

Michë avait brièvement regardé Xena. Elle semblait en bon état. Peut-être des blessures mineures et heureusement aucune venant de la Déesse. L'Humaine serait probablement en ce moment précis si Warui l'avait griffée. Les corps portant la marque de Warui empestaient la charogne et avec raison: ils étaient déjà en train de se décomposer. Le gant n'était plus qu'une flaque de liquide noir visqueux. Reina avait été retenue par Niiz quand Warui les avait repoussé violemment. La Farïd Noire se détendait de son état de choc où elle avait agi par instinct. Son coeur battait encore comme un fou pendant qu'elle s'agenouillait avec Keiko qui examinait sa mère. L'Humaine se mordait la lèvres, les sourcils froncés. Reina n'osa rien dire de peur de la déconcentrer. La magicienne n'osait faire une examination plus poussée devant tout le monde.

Warui était allongée sur le côté, respirant faiblement, cherchant de l'oxygène. Keiko tendit son oreille au-dessus de sa bouche et se releva aussitôt. C'était mauvais. L'épée avait percé le coeur vers la droite, entrant dans le poumon. Elle avait pu entendre le son liquide du sang qui s'y accumulait. Les membres de Warui étaient froids également. La Déesse ouvrit à peine les yeux, voyant embrouillé. Reina s'agenouilla et souleva sa tête pour la poser sur ses genoux. Keiko était tout de même soulagée que l'épée ne soit pas empoisonnée.

Xena avait quitté le groupe. Michë la suivit du regard jusqu'à la perdre dans la foule. D'un coup d'oeil à Keiko qui lui renvoya il suivit l'Humaine. Cette fois ils pouvaient se permettre d'attendre les médecins même si sachant que Warui n'accepterait que les soins venant de Keiko. L'hybride se faufila entre les nobles et le reste à la suite de Xena. Celle-ci avait rejoint Rhondo. Ce qui surprit le demi-Dieu fut le Farïd accompagnant Rhondo.

"Adrien?"

Il était blessé! Et la blessure saignait beaucoup.

"Il faut l'emmener à un médecin, Sir Rhondo"


Du côté de l'autre blessée, Keiko attendait que Niiz finisse avec le Général et qu'elle revienne vers elles.

"C'est mauvais. Poumon droit perforé, la blessure à la poitrine et celle à son dos, le salaud lui a carrément tranché l'os, et sa gorge! Je sais pas pourquoi elle ne s'est pas guérie plus que ça, d'habitude elle régénère toutes ses blessures... on doit l'emmener d'urgence à l'infirmerie! Le Manoir est trop loin, il faut la stabiliser avant!"

D'ordinaire Ryuu aurait été avec eux et il pu voler pour alerter les médecins mais il était resté au Manoir. Et Fadwa non plus n'était pas présent. Warui tentait de rester consciente malgré la douleur qui lui serrait les dents. Elle laissa échapper une faible plainte aigüe quand Keiko la redressa en position assise.

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Stryfe le Ven 30 Mar - 13:54

Rhondo et Adrien s'étaient tenus à l'écart des excitations avec Warui. Ils avaient le dos tournés à la scène, cherchant une autre porte de sortie et tâchant d'êtres discrets malgré la blessure saignante du jeunôt. Ils avaient entendu les rugissements de la bête, mais ne s'en étaient pas mêlés. Ils avaient l'esprit à leur tâche, comme de bons chevaliers. D'ailleurs, qu'une raison de plus pour déguerpir. Cependant, on les avait détectés. Xéna avait aperçu Rhondo et elle accourrait vers lui. Le Neltein dû laisser aller un grognement irrité, mais Adrien resserra sa poigne sur son épaule.

-Ils ne savent pas, Sir. dit-il.

Rhondo avait compris aussitôt. Il lâcha un soupir exaspéré, sachant trop bien dans quoi il venait de s’embarquer.

-Alors, nous esquiverons-nous donc ? demanda Rhondo.

-Nous… J’ai besoin de toute l’aide dont je peux m’acquérir. répondit d’Illias.

-Au risque même d’impliquer ceux-ci dans vos affaires… je voix. répliqua Rhondo. Vous êtes plus sournois et bien moins naïf que vous l’aviez auparavant sous-entendu.

Rhondo avait assumé l’enfant innocent et inexpérimenté. Il découvrait donc que celui-ci cachait de toutes autres qualités que ce qu’il daignait exposer au publique ignare. Comme pour confirmer ses pensés, le jeunôt prit tout d’un coup une apparence déterminé, froide. Rhondo se reconnut dans les yeux du jeune homme, ou du moins, il reconnut son obsession, sa petite folie.

-Ma mission ne peut se permettre d’échouer. répliqua d’Illias d’un ton absolutiste. Voilà ma seule vérité.

-Sur ce, quel serait votre plan ? demanda Rhondo.

-Au port, un navire…

Il fut interrompu par un spasme de douleur subite. Rhondo jeta un coup d’œil à sa blessure et vit qu’elle s’était remise à saigner profusément. Pendant ce temps, la demoiselle Xéna s’approchait, se frayant effectivement un chemin à travers la foule de nobles stupéfaits ne sachant trop comment réagir à un évènement que Rhondo s’était permit d’ignorer. Bientôt, elle se rattrapa aux chevaliers, demandant à Rhondo si tout allait bien. Le Chevalier Rose dû donc forcer un sourire.

-Ah… Plus ou moins ma gente demoiselle. répondit-il. Mon compagnon est si grièvement blessé, voyez-vous donc cela…

-J’ai besoin de me rendre au port. dit Adrien. Un vaisseau devrait m’attendre pour mon extraction. Ils pourront me traiter là-bas en toute sécurité et je ne puis m’attarder plus. S’il vous plaît, ne m’en demandez pas plus.

Parler lui avait prit tout son effort, et il hoqueta un peu de sang une fois ses paroles finies. Rhondo doutait trop fortement qu’Adrien survivrait jusqu’au port, mais il n’avait aucune envi de questionner le jeunot. Et puis, un jeune homme, un humain (ou l’était-il ? Il avait des traits de Farïd) les rejoignit. Tout le monde tenaient-ils vraiment à se mêler de cette affaire, déjà ils en ont été victimes inconscientes ? Rhondo ne pu qu’exprimer son irritation avec un léger grognement.

-Oui… Je suis blessé et je saigne trop… lui répondit d’Illias, ses traits devenant sévères. Raison de plus pourquoi je dois me rendre au port. M’aiderez-vous sans questions, ou devrai-je vous considérer comme impasse ?
avatar
Stryfe
Dieu de la Guerre/Élysien exilé/Le Chevalier Rose

Messages : 197
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Niiz le Mar 3 Avr - 21:25

La salle est en effervescence: les Portes sont encore closes, et pourtant la voilà qui s'évide et répand dehors ses parasites. La garde fait son travail et parvient à libérer le chemin qui servira à évacuer blessés et sujets. Il est trop tard pour Warui d'emprunter ce chemin sans soins préalables. Au fur et à mesure des explications de Keiko, je me sens blêmir, comme si cette impression de chute venait en vérité du sang qui déserte mon visage d'abord, puis toute ma tête, vidant par là même mes pensées de toute substance. Je cherche désespérément à trouver un point d'ancrage à cette réalité; je me mords la lèvre—mon unique solution dans l'immédiat. Je me lève; me sens traversée d'un courant électrique quand j'entends Michë.
Adrien?—Je me retourne; il est là. En sang, lui-aussi; il semble que sa plaie se soit rouverte. Di Riviera l'accompagne, répond à Michë. Ce n'est pas le cas d'Adrien: il ignore rondement le prince. Il ne lui faudra pas longtemps avant de perdre connaissance. J'accoure; je suis plus exsangue encore que d'Illias.

    Les Portes seront bientôt ouvertes. Les invités seront retenus pour laisser passer les blessés.
Je tente de récupérer une certaine contenance quand je saisis et enserre un point sur le bras du plus jeune, entre la clavicule et le muscle trapèze. Il sursaute; trop tard. Ses réflexes ralentissent progressivement. J'en appelle à Rhondo:

    Vous maintiendrez la pression, ne retirerez pas l'arme. Prévenez des médecins qu'ils doivent se rendre ici.
Après m'être assurée qu'il saura où se rendre (et ce malgré le débit irrégulier avec lequel je donne mes instructions) ma voix s'étouffe dans ma gorge. Je n'arrive à conserver un semblant de force en désignant les lourds battants qui séparent la Grand Salle du reste du château. C'est peut-être le dernier de mes ordres qui pèsera jamais plus sur eux.

Quelques secondes passent; ma main happe l'avant-bras de mon “petit frère”. Je fais mine de retourner lentement vers Warui, cependant que je lui murmure, presque en silence:

    Si l'on doit faire sortir les blessés, il faudra le faire massivement. Même ceux l'étant moindrement: les médecins comprendront que Warui est une priorité.
Je réfléchis à ce que je peux dire et surtout: comment le dire. Je le regarde dans les yeux. La suite est sans logique, j'aimerais y trouver un peu de ce soutient fraternel—ce même soutient que je ne suis pas sûre de trouver dans les yeux de Keiko. J'ai besoin de toute la confiance dont je pourrais bénéficier, et j'ai bien des peines à la trouver en moi.

    Il faudra dire à l'escorte que si elle les voit tenter de s'éloigner, de les laisser se détacher du groupe; que c'est parce qu'ils doivent prévenir des renforts.
Lui comme moi savons qu'aucun renfort de quelque sorte qu'il puisse être ne saurait jamais arriver en temps pour sa mère s'il n'est déjà dans l'enceinte du château. Mais nulle raison ne pouvait incriminer le duo de quelque crime que ce soit; si ce n'est la fuite et cette crainte que porte l'un des deux. Celui dont je cherche à croiser le regard en me retournant. Je ne peux contrôler l'allure de supplique que prennent ensuite les tremblements de mes mots. Je n'ai pas pu les lui dire; seule la télépathie les fait subsister: “Je t'en prie…

    On devra peut-être aussi charger quelqu'un de plus de prévenir les guérisseurs de la situation ici’ achevé-je sombrement.
… fais-moi confiance.

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Jeu 19 Avr - 0:09

Que c'était charmant, même si le chevalier semblait cacher son jeu, on voyait clairement qu'on était en train de la déranger. Je n'étais pas dupe a ce point pour croire à un sourire faut, ayant vécu dehors et en compagnie de plusieurs individu tout aussi étrange les uns que les autres, j'ai appris à ne pas me fier à l’apparence et à distinguer ce que je pouvais croire et ce que je pouvais laisser passer sans problème.
Mais je n'avais pas vraiment fait attention tout de suite à la situation et c'était grave. Le jeune Farid m'avais même parlé directement et je ne sais pas pourquoi rien qu'à l'entendre parler j'eu l'impression que je devais l'aider et faire ce qu'il dit. Mais je les gênais visiblement. Je ne pouvais pas me permettre de continuer ainsi, de toute façon à part leur ouvrir le passage je ne pouvais pas faire grand-chose. Oui je me dis que j'allais au moins leur ouvrir le chemin jusqu'à la porte pour qu'ils puissent tous les deux évacuer tranquillement surtout que je savais très bien où elle se trouvait maintenant vu que j'y avait passé quelque temps avec mon nouveau "compagnon très agréable..." il n'y avait pas de soucis. Mais avant que je ne dise quoi que ce soit, le fils de Warui arriva, il m'avait suivi. Quoi mais pourquoi ? Je ne suis avait rien demandé à se merdeux, ce n’était pas le moment en plus.

Mais je ne m'en rendis compte qu'après de la situation qui devenait particulièrement gênante, voilà que la petite farid avec qui j'ai eu beaucoup de "plaisir" à discuter arriva à son tour. Cela retardait, cela dérangeait, cela était une totale impasse. J'écoutais parler, je me rendais aussi compte que c'était moi qui avait provoqué tout cela. Mais tout le monde voulait aider. Tout le monde voulait savoir... C'était justement cela le problème on ne pouvait pas se permettre d'attendre. Je regardais à nouveau le Farid a moitié mourant sur l'épaule du chevalier. Je devais faire quelque chose. Je reculais de quelque pas, visiblement personne ne semblait se préoccuper de moi, mais cela m'arrangeais. Puis je regardais en direction de la porte avant de remettre mon regard sur le farid Adrien. Je ne bougeais plus pendant un tout petit instant, pas très longtemps...

"Le bateau est pour vous, la meilleurs solution n'est-ce pas ... ?"

Je baissais légèrement des yeux puis me redressa aussitôt et poussa les deux autres sans les brusquer.

"Je vous assure que ce farid s'en sortira..."

Puis je me tournais en direction de la porte et commença à avancer. Mais en passant je pris soins de donnée un coup sur l'épaule du chevalier pour lui faire comprendre qu'il devait me suivre et que je l'emmènerais a la sortis. Je ne poserais pas de question, je ne les gênerais pas, tout ce que je voulais après avoir regardé longuement se farid c'était de l'emmener en sécurité et loin d'ici. Je commençais donc à me diriger vers la porte, prenant soins de pousser les inviter pour faire un passage. Je ne regardais même pas en arrière, je me dirigeais tout simplement vers la sortie la plus proche et un fois fait, j’ouvris les portes et m'écarta du chemin pour les laisser passer.

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Warui & cie le Mer 2 Mai - 3:30

(Forgot it was my turn....)


Michë ne pouvait que rester à sa place. Les deux chevaliers étaient pressés de sortir, ils s'impatientaient. Ne sachant que répondre, il garda la bouche fermée. Certes il pouvait être casanova et beau parleur quand ça lui tentait, il pouvait charmer bien des filles. Mais là n'était pas un moment de sensualité. On avait deux blessés graves, des nobles en panique, des Daribadois en fuite... l'arrivée de Niiz le tira de sa passivité. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits. Elle regarda la blessure d'Arien en donnant des directives simples. Il retint que les blessés devaient sortir en premier. Elle lui prit le bras tout en semblant regarder Warui qui était avec Keiko et Reina. Sa mère ne mourrait pas même avec de telles blessures. Mais Adrien si. Niiz avait raison, dans la cohue, les chevaliers pourraient s'éclipser en douce. Ils valaient qu'ils y aillent seuls, oui. Il ferait confiance à Niiz. Il ferait confiance à sa 'grande soeur'.

"Je m'occupe d'alerter les guérisseurs... Keiko doit absolument rester avec Maman"

Pour le bien des autres guérisseurs. Michë se changea en un renard blond sous leurs yeux.

"Tu me diras où vous retrouver, une fois les guérisseurs avertis de vais essayer de suivre le plus de Daribadois possible"

Il bondait avec aisance sur le rebord d'une fenêtre avant de sortir de la salle. Michë était rapide et il avait beaucoup d'endurance. Ils pouvaient partir rassurés. De l'autre côté, Keiko aurait bien voulu un peu d'assistance sous forme de bandages et de compresses. Sinon les domestiques qui nettoieraient le bordel râleraient. Seras gigotait comme un ver pour se défaire de l'étreinte de sa mère et rejoindre Keiko. Rouna accepta de l'accompagner. Goldor, préoccupé par la sécurité des celles-ci les suivit. Keiko gardait Warui assise, tout en essayant de refermer les plaies par magie. Michë l'avait avertié télépathiquement qu'il allait chercher les médecins et que Niiz avait demandé l'évacuation des blessés. Malgré réticent, très réticent, Goldor demanda à porter Warui. Le petit groupe alla vers les portes, tout le monde les laissant passer. Ils se rendirent à l'infirmerie sans détours. Une fois là-bas, Keiko s'empressa de commencer les soins nécessaires. Seras ne voulait pas partir, Rouna resta avec elle tandis que Goldor s'en retournait pour s'assurer que tout le monde allait bien. C'était maintenant à Niiz, Rhondo et Xena de s'occuper de la situation.

_______________
Une femme peut être plus dangereuse qu'un homme mais une mère peut être plus dangereuse qu'un démon
(Ava par Xena =3)
avatar
Warui & cie
Déesse du Combat/Renard Noir

Messages : 534
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Rang : Mascotte OFFICIELLE de Févlia

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.arieda.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Stryfe le Mar 22 Mai - 2:08

C'était avec un petit sourire amusé en coin que Rhondo suivit le plan de la noireaude, et finit donc par suivre l'humaine. Il tentait tant bien que mal de porter d'Illias sur son épaule, mais le jeunôt devenait de plus en plus lourd à mesure qu'il continuait à perdre conscience, et Rhondo savait plus que quiconque l'urgence de son état. Après tout, n'était-ce pas sur lui que continuait de couler le sang du jeune homme? Il tentait de suivre Xena de son mieux, espérant arriver à temps sans embuscades, mais combien de temps avaient-ils? Arrivés à la sortie la plus proche
(pas le temps de se demander pourquoi elle n'était pas gardée... le temps presse...)
Xena leur ouvrit la porte et Rhondo se pressa de traverser le seuil. Plus tôt ils sortiraient de cet environnement touché par le chaos, mieux devenaient les chances du jeune Adrien.

Mais il se trompait...

*****************************************************************

Il avait attendu, patiemment, calmement, que vienne son moment. Il était un Farïd d'origine Neltéenne. Il était un professionnel, et ses services vallaient chère. On ne connaissait pas son nom, et dans son domaine c'était un grand signe de distinction. Contrairement aux patriotes, aux zélés et aux amateurs qui avaient oeuvrés pour envahir le gala, lui comprennait très bien le caractère de la famille royale Nascarienne, en particulier la démone Warui, et le tournoi lui permit de prendre conscience que celle-ci n'était pas la seule bombe à retardement dans la liste d'invités. Cependant, il ne fit rien pour corriger le plan de ses employeurs; en fait, il avait l'intention d'en profiter. S'ils n'accomplissaient rien d'autre, les autres "assassins" réussiraient à causer une panique massive, à la suite de laquelle une évacuation ordonnée serait impossible, et c'était durant cette évacuation qu'il avait l'intention de suprendre un Adrien qui ne serait plus sur ses gardes.

Il avait attentivement guetté et patrouillé les sorties, mémorisant leurs emplacements, et par les feunêtres, il s'était tâché de ne jamais perdre d'Illias de vue. Maintenant qu'il sortait, blessé et à peine conscient, le tueur ne manquerait pas sa chance. Il arma le pistolet miniature caché sous sa manche et il approcha le trio des deux chevaliers farïd et de la dame humaine. Un sourire pervers se format sur ses lèvres comme il leva le bras et s'apprêta à tirer la gachette.

*******************************************************

Rhondo avait fait l'erreure la plus critique possible, et au pire moment: il s'était permi de baisser sa garde. C'est bien pour celà qu'il ne vit l'étranger qu'au dernier moment possible, comme il dévoilait son arme.

-Eh, merde!

C'était la seule chose qu'il eu le temps de cracher avant que l'étranger ne puisse tirer la gachette.
avatar
Stryfe
Dieu de la Guerre/Élysien exilé/Le Chevalier Rose

Messages : 197
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Xena Escelya le Mer 4 Juil - 13:15

(Alors je mets plus d'un mois a répondre et je fais une réponse minable... tu as le droit de me pendre ToT !!!)

Le temps s'était mis à nous presser tous les trois... Nous étions enfin sortit de cette mer de monde qu'était le gala et nous devions nous rendre au port pour prendre le bateau. Je ne connaissais pas vraiment le chemin le plus rapide pour nous y rendre mais je restais près des deux Farïd pour pouvoir les aidé en cas de besoin. Dans un pas précipiter j'en oubliais mes affaires que j'avais laissé dans les appartements que l'on m’avait temporairement prêté, mais du moment que je tenais mon épée dans la main se n'étais pas bien dramatique... c'est juste que plus tard j'allais remarque l'absence de mes bottes en cuire étrange et autres accessoire que ma mère m'avais confié dans le passer. J’allais sans doute être très frustré par cette disparition, mais si j'arrivais à les obtenir d'une façon ou d'une autre. Que Warui ne vienne pas me dire qu'elle les a vendues... je la tuerais.

Le couloir que nous devions franchir me semblait bien long... on avait eu la chance de sortir aussi vite car peu après on n'empêchait tout le monde de sortir sans doute pour faire le tri et commencer l'évacuation par la suite. J'aidais Rhondo à tenir le jeune Farïd, jusqu'a que je remarque la chose qui se dirigeait vers nous et armer. Instinctivement j'attrapais un objet poser sur un piédestal et le balança en direction de notre agresseur. La balle du coup de feu tiré se heurta subitement contre l'objet qui vola en éclat et dévia la balle de quelque centimètre de sa trajectoire. Toujours épée en main, je fonçai en direction de se farïd. Il était surprit et s'étais prit des éclats sur la tête. J'en profitais donc, lui transperça la main où il tenait se arme et lui donna un coup de pied dans le ventre pour le faire reculer. Un fois a terre, j'en profitais pour ramasser un objet sur un autre piédestal et lui envoya en pleine tête... Assommer sur le coup...

"Bas mince alors... ça a vraiment marcher..."

J'hausse des épaules et retourna vers Le chevalier et le jeune Farïd

_______________
Xenela Esma Paris Escelya
Noble de sang
Pirate dans l'âme
Justice et Vengeance sont une affaire personnelle

avatar
Xena Escelya
Tadis 2.0/Premier Matelot du Black Fox

Messages : 370
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 27
Rang : Réincarnation de Tadis

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur http://KiraSlaves.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gala des rencontres

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum