LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Sam 30 Oct - 17:01

Plein d'animaux vivent sous terre. Je me demande ce qu'ils se disent entre-eux, ce qu'ils pensent de nous. Peut-être la même chose que nous quand nos voisins circulent au-dessus de nos têtes. Alors quand une taupe décida de goûter à un lombric particulièrement appétissant, tout collé à un navet, et que ce dernier s'envola, son estime envers ceux d'en-haut diminua beaucoup. En même temps, elle n'allait pas laisser son quatre-heure s'envoler impunément.

- Saleté! Ca mord, ces trucs!

Oui, ça mord. C'était même pour ça qu'une jolie empreinte de dents se teintait d'un rouge liquide au bord de sa main. Là, vous vous demandez surement c'est sa main à qui? (ou plutôt de qui était-ce la main, pour être grammaticalement correct, mais la question est née avec ce fameux sa, alors autant s'autoriser quelques petites fautes au passage). C'était apparemment un humain. Appelons-le individu Y.

- Ca va, Dolf?

D'accord, l'individu Y semble avoir un nom, et un peu plus court que celui que je lui ai donné. Un nom dans lequel il se reconnaissait. Dolf Polim, un Chien Noir parmi les Loups. Il sourit, essuya sa main d'où le sang perlait jusqu'à son poignet dans un revers de sa veste et rassura l'autre d'un murmure. Il avait vu pire: un poids dans la poche intérieure de sa veste ne manquait jamais de le lui rappeler. Un autre, dans ses bras, surtout dû à une belle pile de légumes, lui rappela pourquoi ils devaient rester silencieux.
Il s'en délesta donc dans le sac que lui tendait son acolyte nocturne, un lycan à la silhouette, aux attitudes mais surtout au contrôle encore humains. En partie, tout du moins, sinon jamais Anubis ne l'aurait accepté si près des habitations humaines.
Qui était Anubis? Dolf Polim. Son vrai nom, qu'il s'interdisait d'oublier... ou de leur communiquer, songea-t-il, arrivé à hauteur du Loup-Garou.

- Retourne sous les arbres, je te rattrape.
- On en a assez, là.
- Mais personne ne surveille. On peut se permettre un petit supplément.
- Si tu te fait rosser, je viendrai pas t'aider.
- Merci. Pas bouger.


Voir un lycanthrope faire un geste obscène devait avoir quelque chose d'étrange. S'il s'était retourné, il aurait pu en faire l'expérience, mais il retournait dans les champs du pas décidé d'un grand amoureux du risque. Pourtant, il avait raison: plus personne ne surveillait la zone depuis qu'il avait fait griller du maïs un peu plus loin. À croire que ça n'avait pas tellement déranger les Fabunès ou même le propriétaire de ces terres.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Lun 1 Nov - 19:08

À gauche... personne. Et à droite ?... non plus. Aria leva le menton et chercha la lune, cachée quelque part entre les nuages épais et noirs, comme de la fumée. Elle se demandait qu'elle heure il était. Plutôt avant ou après minuit ? Combien de temps est-ce qu'elle avait surveillé cette zone-là ? Bof. Aucune idée: surement assez longtemps. Elle ramassa son vieux fusil chargé au sel et changea de champ. Ça allait faire le cinquième cette nuit.

Qu'est-ce qu'il faisait noir ! Elle ne voyait pas à vingt mètres. Alors qu'elle continuait d'avancer, elle entendit un bruit qui provenait des blés devant elle. Elle sortit son fusil et le pointa devant elle.
« Qui est là ? »
Une souris passa à côté d'elle et surprise, son doigt glissa sur la détente.
Le bruit résonna un long moment. Aria regardait autour d'elle se demandant si elle avait ou pas touché quelqu'un.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Lun 1 Nov - 22:29

Tout alla très vite. Trop vite. Il ressentit plus qu'il ne comprit.
Il y avait d'abord eu cette voix, qui brisa le silence confiant dans lequel il se baladait. Il se figea, silencieux. Aux aguets. Il y avait quelqu'un. Quelqu'une, même. Mais où? Il l'avait entendue, mais l'effet de surprise l'avait déboussolé.
Il ne fallait pas bouger!
La voix devint un cri.
Qui se noya dans une détonation.
Il fit un bond de côté; trop tard. Ca brûlait!... Qu'est-ce que ça brûlait! Il serra sa jambe contre lui. Etouffa une plainte. Ce n'était pas une balle, il en était sûr. La douleur s'étendait trop loin, de façon trop aléatoire. Il se mordit la lèvre. Il y avait eu pire. Il avait vu pire. Bien pire.Bien sûr! Mais ça faisait mal quand même.Il allait y avoir pire.

Cette pensé-ci, par contre, lui fit oublier un peu qu'il avait mal. À plat ventre sous une forêt blonde, il hurla vert une forêt d'un autre genre.

- NON! Non...

Pantelant, il se releva. Epousseta son pantalon.

- Tout va bien, continua-t-il, tourné cette fois, vers la voix-qui-avait-un-fusil. Bien plus de peur que de mal... mademoiselle.

Mains levées, il était maintenant assez près de l'adolescente pour en distinguer les traits, dévorés par l'obscurité. Boitillant, il était près de se rendre à cette demoiselle, conscient qu'il risquait bien peu de chose - blessures physiques mises à part.
Après tout, tout prouvait qu'il n'était pas un loup-garou.
Et peut-être ne ferait-elle pas le lien entre lui et le chien noir qui avait brûlé ses récoltes.
Quant à Feriel, son acolyte, il espérait qu'il s'en fût enfui.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Mar 2 Nov - 17:41

Aria regarda cette silhouette qu'elle n'arrivait pas bien à distinguer s'approcher d'elle en boitant. Les contours se précisèrent et elle vit qu'il s'agissait d'un homme. Il était grand, et mince. Habillé en noir. Elle ne se demanda plus pourquoi elle ne l'avait pas vu. Il levait les mains, comme devant un agent de police (ce qui ne déplut pas Aria, qui aimait se sentir importante).
"Je vous ai touché ?"
Question idiote, bien sûr : il boitait et son sourire était plutôt... crispé. Mais le ton d'Aria n'était pas tellement inquiet. Elle se demandait surtout si elle avait bien visé. Son timbre était plutôt sarcastique, et son sourire rayonnant ne lui donnait pas l'air inquiété.

Aria baissa le fusil et fit signe à l'individu de baisser les bras.
"Vous êtes l'un de mes employés pour vous promener sur mes terres en pleine nuit ?"
Elle semblait plaisanter. Apparemment, ses questions ne servaient qu'à l'embarrasser.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Mer 3 Nov - 23:11

La mine que lui affichait la petite lui retira toute envie d'avoir pour elle un geste affectueux ou confiant - confiant? Il le devint bien moins quand il comprit que cette enfant n'avait aucun regret pour son sel perdu (un classique pour les coups à blanc, surtout choisi par les supersticieux... il se demanda si la gamine en était ou s'il ne s'agissait que d'un rituel qu'avait eu son père avant elle) et qu'elle n'aurait aucun scrupule à recommencer. Au moindre mouvement suspect.
Donc, pas de cheveux à ébouriffer.
Il s'autorisa un sourire complice à ses plaisanteries - pas hypocrite, mais plutôt joueur. Comme un enfant qui cache quelque chose et ne donne qu'un indice ici où là, insuffisant pour que l'autre retrouve avec son bien. Et là où les questions auraient du l'embarrasser il ne fit que se détendre, libéré de la menace de l'arme. Oui, il perdit son sourire, mais son air étonné partageait une grande ressemblance avec le ton mutin de l'adolescente.

- Moi? Un employé? Houla, non! Pas du tout! Je...

Il montra la forêt du doigt.

- Je devais rejoindre un ami. En fait, on vient souvent se fournir ici.

Il sourit. On aurait pu croire qu'il parlait de la pluie et du beau temps. Tout le monde était content: lui jouait les voleurs, elle tirait tout ce qui bougeait. Et ils discutaient comme deux passants, deux amis qui se croisent. Et pourtant... tout prenait la forme d'un jeu: il s'exprimait honnêtement sans tout dire.
Comme un enfant cache quelque chose. Pour rire.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Jeu 4 Nov - 19:06

"Vous vous fournissez souvent ici..."
Aria eut un grand sourire qui commença à se dessiner. Une envie soudaine de repointer son arme vers l'individu lui traversa l'esprit. Mais une plus grande idée lui fit vite oublier ce geste qui aurait pu, encore, blesser quelqu'un.
"Depuis combien de temps ?"
Elle allait enfin pouvoir payer Thibault pour son dur travail qu'il exerçait gratuitement depuis plusieurs mois. Ou devoir engager une autre personne, ce qui pourrait lui permettre d'avoir quelques jours de congés.
"Ne vous inquiétez pas, ici, je suis la fermière qui vend le moins chère possible ses légumes ! Mais vous comprendrez que je demanderais un peu plus pour les avoir... volé ?"

Il ne souriait plus depuis un long moment. Aria, elle, avait un grand sourire de satisfaction. Elle aimait mettre les gens dans des situations embarrassante et surtout elle aimait avoir son du.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Lun 8 Nov - 0:15

Effectivement, il avait perdu son sourire. C'était pour mieux réfléchir à combien de temps remontaient ses premiers emprunts à ces terres. Conscient que la réponse ne plairait pas à son hôte - qu'elle fût anti-magique ou près de ses sous - il choisit de rester vague.

- Longtemps. Avant même de connaître mes amis. J'ai souvent conseillé cette adresse pour les promenades nocturnes.

Il s'était baissé à hauteur de l'enfant, à qui il sourit. Un petit combat à coup d'ironie bien placée s'était installé. L'expérience froide de la vie contre une fraicheur mordante, le déchu stupide face à l'ignorante mortelle; les mots duquel finiraient par faire une brèche chez l'autre? un sourire ou une grimace francs?
Y aller à tâtons pour viser juste: ils jouaient comme ça.

Il arrondit les yeux, feignant encore une fois d'être surpris. Ou même choqué.

- Voler? Holà! Non! Pas moi. Qui a parlé de voler, d'ailleur? Moi, tout ce que je fais, c'est me promener en toute innocence, sans un rond sur moi, et ramasser des trucs par terre. C'est pas ma faute si c'est toi qui les as fait plantés.

Tiens, on pourrait presque croire qu'il tenait Aria en responsable. Après tout, que font des courgettes dans un champs de légumes entre une rangée de carottes et une de pommes de terre? On pourrait trébucher dessus. Ce n'était que pour le bien public qu'il les déterrait, les rangeait dans un sac et les servait en potage en toute gratuité à ses amis.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Lun 21 Mar - 17:14

"C'est mon terrain."
Elle pointait l'un de ses doigts sur sa poitrine et avait déplacé le viseur de son fusil sur le visage du voleur. Mais pour qui se prenait-il, avec ses grands airs de petits merdeux ? Elle lui jeta un regard assassin qui voulait grogner "fais pas chier : rend-moi-mes-légumes !" mais au moment de le dire, une meilleure idée lui vint à l'esprit :
"Vous êtes allé sur un terrain privé sans autorisation... La loi me protège si je vous fais très très mal, par contre, vous... Je pourrais appeler la police, vous savez ?"
Aria se souvenait tout juste des affiches de recherche qu'il y avait un peu partout en ville : comme des voleurs ou pire.
"Mais contre un petit quelque chose, j'oublierai toute cette histoire."
Elle avait le ton chantant et le sourire sadique.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Jeu 24 Mar - 10:28

Il se pencha dans une révérence adroite et surfaite: cette propriétaire menaçante, armée jusqu'aux dents comme une guerrière miniature - elle restait une enfant qu'il fallait amuser. Et si la petite fille préférait les gros sous aux poupées, les armes aux peluches, il devait rester derrière tout ça cette fascination du pouvoir de tisser les intrigues qui leur restait commune. Il n'était qu'une poupée qu'elle pouvait jeter de son jeu s'il devenait trop encombrant. Les démons sont si charmants quand ils sont tout en robes et rubans!

- Mademoiselle sait que tout se monnaie.

Il sortit un radis d'une poche et de l'autre un collier pour chien. Il exhibait les deux objets avec nonchalance.

- Mais je n'ai même pas sur moi le centième de ce que je vous ai volé - et mes possessions personnelles sont le collier d'un gentil Rex et les vêtements que vous voyez. J'ai du emprunter les autres.

La pitchounette n'avait surement plus l'âge de s'intéresser aux vêtements qu'elle ne voyait pas - et n'avait pas encore celui de s'intéresser à ce qu'il y avait encore en dessous. Cette phrase ne la déstabiliserait donc pas. Peut-être qu'elle ne chercherait même pas à comprendre. Mais c'était une petite note d'absurde qui s'ajoutait ainsi au personnage qu'il voulait paraître. Le gentilhomme de fortune, celui à deux sous la tonne. Il rangea, tout paisible, son collier et son radis avant de remettre ses mains en évidence.

- Même dans le noir, tu vois que je n'ai pas de main verte. Et je suis quelqu'un de fort occupé. Je ne peux ni te payer en services, ni en pièces. Je crois que je te serai parfaitement inutile, donc je te propose de me laisser filer. Là, il prit un air plus triste, inclina sa tête de côté dans une mimique purement pitoyable. Sinon, ce seront les fers.

Il fit mine de présenter ses poignets à l'enfant.

(miracle! \o/ J'en ai oublié ce que je prévoyais en réponse...)
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Ven 25 Mar - 13:58

Aria paru songeuse puis grimaça à plusieurs reprise. Elle s'arrêta sur un "beuââh..." pas très convaincu.
"Je me passe de détails, merci."
Elle allait lui envoyer une nouvelle charge de sel ailleurs que dans la cuisse quand on entendit les rumatismes croustillants et la respiration de vieux soufflet d'un petit vieux à la tête de cromagnon. Trois cheveux d'un blanc fluorescent frisaient sur son crâne tout ridé.
"Sh... sh... Ahia... A... Euh... Mamoiselle !"
C'était à peu près ce qu'avait essayé de crier l'espèce de bouledogue préhistorique qui approchait dans les craquements de ses genoux. Surprise, Aria oublia le pervers d'en face et l'arme dans ses mains (toujours le doigt sur la gâchette, ce qui n'est pas prudent).
"Hein ? Quoi, Thibault ?
- Je parlais à l'autre mamzelle. La grande brunette bien mignonne."
Aria eut un temps de reflexion. Son regard passa de Thibault au voleur glauque, du voleur glauque à Thibault, puis à nouveau de Thibault à l'autre type. Au bout de trois secondes d'un intense branchement de neurones, elle éclata de rire.
"La madame doit nous suivre. Tu devrais la...
- Oh là là, mamoiselle !"
Aria cligna des yeux. Le vieux était tout à coup très effrayé. Il pointait le doigt vers l'horizon (mais avec son parkinson, c'était peut-être vers le sol).
"Hein ?
- Y a un champ qui a brûlé ! Tout noir ! On dirait que ça fait longtemps."
Elle soupira.
"Oui, Thibault. Ca fait un moment." puis, avec un sourire de pirahna, elle dit : "Je crois savoir qui a fait ça. Thibault, tu vas surveiller la madame.
- Cool !"
Le vieux leva une fourche tremblante et ils se mirent en route vers la maison.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Dim 3 Avr - 19:20

Ah? Apparemment, il s'était fait comprendre. Oups, aurait-il pensé avec légerté si... le canon... ne s'était pas relevé. Il n'aurait pas tellement apprécié de se faire castrer à coups de fusil. Autant tenter de répare les pots cassés. Il ouvrit la bouche; la gamine lui coupa la parole, bien décidée à ne pas avoir de détails. Il était en bien fâcheuse posture... surtout depuis qu'on visait un point un peu sensible. Figé, il continuait de tendre ses poignets, comme en désespoir de cause, ce qui pouvait être interprété comme "tout plutôt que mes jumelles". L'arrivée du vieux ne fut pas pour le rassurer.
Oh, oui, la petite avait baissé sa garde.
Pas son arme.
Pas son doigt.
Un mouvement malencontreux, et il deviendrait bel bien "mamoiselle". Pendant un peu plus d'un an, en tout cas, s'il était assez maudit pour que ce soit "bien fait". Loin d'être vexé par ce... Thibault et sa petite confusion, il essaya de jouer sur une quelconque sénilité.

"Oh, douce maladie... frappe-voir ce crâne creux en ma faveur!" pria-t-il en silence, avant d'enchaîner avec sa légerté coutumière:
- Haha! Vous m'envoyez flatté, monsieur. Mais vous seriez déçu au déshabillage.

Faire ami-ami. Ca devrait être facile. La fourche faisait tout de même moins peur que le fusil. Et laisser parler la folle armée.

- Ah, oui. "Madame", maintenant... Tss! Qu'est-ce que mon époux dirait de me voir dehors à cette heure? se mit-il à soupirer avec une autodérision d'assez mauvais goût. Surtout, peut-être, pour qu'on oublie pas qu'il y avait une cible humaine au bout du canon. Les exclamations du vieux laissaient entendre qu'il n'avait pas pris ses cachetons. La fourche en devint un rien plus inquiétante, surtout maintenant qu'elle avait remplacé le fusil. On l'emmenait... où ça? Pas tranquille, il se dit que Dariel avait peut-être raison, en matière de légume... Ceux qui les garde sont loin d'en être.

On regarda encore un peu le champ où il avait fait la joyeuse découverte du maïs éclaté, puis on le regarda lui, ce brillant inventeur qui, dans des années, serait béni des salles de projections cinématographiques. Tout ce qu'il trouva à faire au-devant de ces regards accusateurs fut de... sortir un de ces sourires colgate total - de toutes ses dents - et dont il avait le secret. Quand le vieux s'approcha de lui, il laissa retomber ses poignets.

- Ne comptez pas me mettre un jour les menottes, cher.

... et suivit docilement le mouvement. Quand les menaces portent un peu trop bas, elles portent tout court.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Dim 8 Mai - 19:31

La nuit était toujours noire, mais l'horizon s'éclairait et annonçait l'aurore avec quelques heures d'avance. Le chemin entre les champs gagnait en détails et en précision. Tout était plus clair, sauf son voleur. C'était sûrement un sihyarien pure souche, qui avait encore à redire sur les anti-magie et oh comme la société est injuste, que c'était pas sa faute s'il était condamné à piller pour nourrir sa famille. Puis il ajouterait qu'on est tous frères et que donc sa famille est très grosse. Plus celle de ses amis parce qu'on doit aider son prochain.

Ils passèrent près d'un champs brûlé, lui aussi d'un noir qui ne s'effaçait pas avec le jour naissant mais piqueté du vert de jeunes pousses (parce qu'elle était Aria LIBELLE et qu'on n'a jamais entendu parler d'un Libelle qui soit flemmard ou qui néglige son champ). Les derniers mots qui avaient été prononcés avaient été ceux de Thibauts, comme quoi il n'était jamais déçu d'aucun déshabillage et qu'une grande dame comme "elle" aurait assez de hauteur pour faire durer le déshabillage si désiré. Arrivés à hauteur d'un épis de maïs devenu charbon, Aria se retourna et repointa son fusil sur le criminel.

"Attention, pas de vagues! Sinon tu finiras grillé tout comme!"

Au bout de cinq minutes, il arrivèrent dans sa maison. Elle lui fit signe de s'asseoir.

"Nous avons à discuter. Thibaut, tu veux bien nous laisser?"

Il s'executa et monta l'escalier en traînant la patte et sa faux derrière lui (on n'est jamais trop prudent avec le croque-mitaine). Ceci fait, Aria sortit un papier sur lequel elle nota un contrat selon lequel (elle laissa un blanc à l'emplacement du nom) son voleur devrait rembourser ses dettes (l'équivalent de 10% de ses récoltes sur 10 ans! Elle l'aurait bien attrapé: même à 1 000 sur cette durée, c'était impossible de consommer tant, et elle avait fait le calcul avec une ville proche) avec ou sans l'aide de ses amis, en liquide ou en travail, avant la fin de l'an prochain. Après quoi, elle lui donna la feuille et le crayon.

"C'est bon, maintenant vous signez. C'est pas négociable."
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Dim 15 Mai - 20:35

Peu intéressé, il laissa dire le petit vieux qui ne l'avais amusé qu'un instant. Maintenant qu'il cherchait à lui piquer l'arrière-train (et ne réussissait qu'à avoir de l'air – mais vous savez ce qu'on dit: c'est l'intention qui compte), il n'avait plus rien de marrant. Le personnage tournait en rond, était sans surprise: Dolf se surpris à bénir sa jeunesse éternelle qui le tenait loin de ces radotages séniles.

Ils avancèrent donc longtemps dans le silence. Jusqu'à ce que la gamine ne coupe le rang pour se précipiter sur un brin d'herbe brûlé. Le décor lui était familier – c'était normal, c'était un peu de sa faute s'ils avaient devant eux une réplique miniature des Champs de Cendres, cette région sybalienne déserte dont il avait entendu parler. Pour la première fois depuis bien longtemps, il faillit sourire. Mais sourire d'un vrai sourire, calme et sincère. Cette enfant-là l'amusait. Vive, parfaitement incontrôlable, elle restait pourtant la première personne avec qui il avait une discussion presque posée où aucun des deux partis ne tentait d'asservir le monde ou qui dépendait de lui. La petite n'eut pourtant droit qu'à un rictus presque humain et à des mains levées devant l'arme pour tout signe amical.

Grillé tout comme? répéta-t-il, plus malicieux.

Il n'ajouta rien, se contenta de suivre le mouvement les mains dans les poches. Il était tranquille, se plaisait à participer à ce qu'il prenait pour un jeu. Passé ce champs, il fut surpris de voir la ferme de la mioche, relativement petite par rapport à l'exploitation. Quant à l'intérieur, il était assez simple. Ce n'était pas une décoration marquée par l'esprit de la fermière: aucune des photos ne la montraient à son âge actuel, juste plus jeune près de parents ou perdue parmi les frères et les soeurs. Les bibelots et autres tableaux montraient le temps qui a passé dans un foyer. Tout devait appartenir à papa-maman, rien à la fillette. Elle ne devait pas trouver d'intérêt à réamménager l'endroit.

Le vieux couché, elle prit des manières de petite chef de famille auxquelles il obéit sans broncher. Il était soudain peiné pour elle. Ses manières laissaient voir une enfant gâtée jetée dans les grandes responsabilités. Ses parents étaient morts. Leurs présence pesaient encore tellement dans la pièce qu'il se demanda si elle n'entretenait pas d'illusions de cette manière. Il feignit de ne rien voir et reprit son petit passe-temps.

Il grommela à la vue de la feuille.

Je pensais que nous aurions à discuter. Dommage que ce soit par écrit, d'ailleurs, parce que...

Elle l'intérompit en lui tendant son contrat soigneusement présenté et sûrement bien écrit.

... parce que je ne sais pas lire.

Il avait achevé avec un rictus large, mais sans surplus, sans le poids supllémentaire d'un "Miss" ou d'un "chère" en fin de phrase. Avec une légère tristesse, aussi. Le voilà lancé dans l'honnêteté.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Sam 21 Mai - 15:19

Alors comme ça il ne savait pas lire? Tiens, tiens... Aria sourit et frappa ses mains sur la table.

"Je savais que vous étiez un abruti complet!"

C'était dit vivement et avec humour, mais ça l'embêtait quand même un peu: de un, elle n'aurait pas sa parole, de deux, elle n'aurait pas son nom. De toutes façon, il lui en aurait donné un faux, c'est pas un stylo qui lui aurait fait dire la vérité. Mais peut importait qui il était: il aurait pu être roi du monde, dieu des morts ou chef d'une mafia de loups-garous, vénéré ou recherché, elle s'en foutait. Tout ce qui comptait, c'était le petit million qu'il lui devait et ça suffisait pour lui donner des envies... de lui filer des coups de pieds.

Elle croisa les bras, boudeuse, pour se contrôler.

"Bon, alors, tête à claques! Qu'est-ce que je vais faire de toi?"

Elle ne mit pas longtemps à réfléchir avant que son visage ne s'illumine d'un nouveau sourire bien sadique.

"Hihi, mais je sais! Vous allez m'aider un peu. En travaillant pour moi... et jusqu'à ce que vous ayez fini de me rembourser. Là vous aurez la main verte."

Elle alla préparer sa veste parce qu'il faisait un froid.

"Vous voulez voir mes animaux?"
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Lun 23 Mai - 14:14

Comme il s'y attendait, la nouvelle l'amusa et elle se moqua -- sans gentillesse ni méchanceté, juste comme une enfant dont les plans se retrouvent dévié. Il ne s'en vexa pas. Lire? Ecrire? Parfait illettré du fabunès, il s'était dit par dépit que tout ça avait peu d'intérêt tant que l'échange oral se perpétuait. La vérité, c'est qu'il n'arrivait à rien: personne ici n'était bon proffesseur, à peine plus instruit que lui en la matière. Ou alors condescendant. Impatients. Chiants. Bref, incapables de lui apprendre les bases de tout les mystères des caractères imprimés en noir sur blanc. Il n'était bon qu'à deviner le sens d'un papier avec la longueur des mots, des phrases, le contexte et -- ce qu'il pouvait aimer ça -- les illustrations.

La mioche était lasse.
"Que faire de moi?" songea-til.

-- Me libérer et faire un trait sur ce petit accident? proposa-t-il avec légerté. Sans trop y croire.

La proposition de la fillette était plus réalisable, possible, elle réglait tout tout bien, comme il fallait. Sauf ce point: il n'avait pas tellement envie de travailler.

-- C'est vrai, tout s'arrange. Mais si je ne veux pas que mes mains virent au vert?

Jouons, petite, jouons. Jouez enfants! Roulez jeunesse! Tant que vous vous tapez pas dessus, le monde avance. Jouons, tant que c'est pas à la guerre ni au plus fort. Passer le temps, c'était ce dont il avait besoin. L'éternité est toujours trop longue pour qui l'a déjà en poche. Et pourtant, une éternité entière ne suffisait pas à tout connaître, des milliers d'années d'expériences, et il réussissait toujours à être surpris de ces petites têtes vieillissantes de mortels. La vie est si précieuse pour eux. Enfin, jusqu'à ce qu'ils s'inventent du futile.

Il rit un peu.

-- Et toi, tu veux voir les miens?

Plusieurs centaines de toutous tout en muscles tout en crocs tout en griffes tout en fourrures. Plusieurs centaines de toutous tout beau tout méchants qui jouaient les gentlewolfs, apprenaient à rester des Hommes mais qui ne pouvaient plus être qu'une société mieux organisée et plus humaine qu'un Homme neltain ou omlidois ne le serait jamais. Des toutous qui sauvaient les nécessiteux, volaient jusqu'au froc des autres. Des toutous pleins de bonnes intentions, mais les bonnes intentions pavent l'Enfer: ça ne suffit jamais aux gros bras bien longs des têtes d'état. Ce sont des monstres, les Loups; c'est pas une maladie de se balader pour tuer tout le monde.

Qui a peur du grand méchant monde?
C'est bien nous, c'est bien nous.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Dim 29 Mai - 18:18

''Bah, vous travaillerez avec mes animaux si vous voulez pas que vos mains virent au vert: elles vireront au brun, comme ça~''

Dit comme ça, ça devenait un peu étrange, finalement. L'autre type, là, il l'énervait à lui faire son numéro de chochotte fainiasse. Elle saurait y remédier (elle n'avait pas assez d'employés à torturer).

''Vous verrez, avec moi, vous n'allez pas vous ennuyer!''

Elle attacha sa petite veste avant d'ouvrir la porte. Dans son coin, le sale petit voleur continuait de dire ses âneries. Lui? Avoir des animaux? Pff!

''Espèce d'âne!'' marmonna-t-elle entre ses dents. Puis d'un ton bourgeois: ''Les miens sont mille fois plus intéressant!''

Aria ouvrit grand la porte et la referma à clé derrière elle.

''Je vais chercher des amis à vous. Je serai pas longue. Soyez sage: Thibault vous surveille.''

Thibault descendait les escaliers, le fusil dans les mains. Cette fois, il était chargé avec de vraies balles.

La fermière eut un petit rire sadique. Ha! Elle l'avait eu! Et la police l'aurait aussi. Ce serait marrant qu'il y ait eu une rançon sur sa tête. Il ne devait pas en être à sa première infraction. Elle se mit en route sans attendre, monta son poney, toute fière. Pourtant, elle n'arrivait pas à se mettre au galop: elle hésitait. Après quelques kilomètres, elle s'arrêta et se retourna dans la direction de sa maison. On ne la voyait déjà plus. Elle se mit à penser à son voleur qui devait tirer une sacré tête après cette trahison. C'est un peu salop, se dit-elle, de vendre comme ça une vie. Puis une autre idée lui vint en tête: aider la police, c'était aider aussi son... cher... cousin... non, cet abruti de Dante.

Elle rebroussa chemin. Sans trop se presser, mais elle ne mit pas longtemps avant de revenir à l'écurie. Tranquillement, elle dessella son poney.

Puis, alors qu'elle n'avait qu'entrouvert la porte:

''J'ai oublié, vous n'avez pas d'amis.''
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Lun 30 Mai - 13:01

Au brun? Tenez, la voilà devenue charmante! À son tour... Il devait avoir une assez mauvais influance sur tout ce qui l'entourait. Ou alors tout ce qui l'entourait n'attendait qu'une influance pour changer, de la part du premier venu. Il eut un rire tendu et les poings serrés à l'insulte à peine murmurrée de la fillette. Sans rien répondre. Mais dans quelques instants, elle le laisserait sans surveillance: il ne lui faudrait pas longtemps pour filer à l'anglaise et ne laisser aucune trace trop importante de son passage (d'accord, de la part de l'homme qui avait inventé le pop corn avec toute une récolte, ça ne veut rien dire).
Il la laissa partir, refermer la porte. Dolf était à deux doigts de partir, une ombre de moquerie condescendante sur le visage jusqu'à ce qu'il entende le déclic de la serrure.

La stupeur l'avait comme abatu: il se laissa retomber mollement sur sa chaise, les yeux ronds de surprise. Et le petit vieux qui revenait! Avec son fusil à lui, par contre. Dolf se demanda si la petite l'avait ainsi équipé pour tuer ou seulement blesser. Il serait resté affalé au fond de sa chaise, choqué et amorphe sous le fusil en se renfrognant un peu plus chaque minute si la gamine ne s'était pas mise à le menacer. Ses amis?
L'idée avait quelque chose d'amusant, si on s'y attardait: Dolf Polim, la petite légende locale dont on ne savait pratiquement rien, dont on ne connaissait même pas le visage, ce Dolf Polim-là serait capturé par une fillette prépubère qui défendait les droits des nos amis les petits êtres à fourrure parce que oh! comme ils sont mignons tout plein! (Saloperie de taupe, ajouta-t-il en pensée.) Paniqué, il atteignit la porte en deux enjambées et bouscula le canon de l'arme. Il tourna la clenche dans tous les sens, il donna plusieurs coups d'épaule, il s'en prit au linteau: rien à faire. Elle l'avait bien piégé. Amer, il continuait à donner quelques coups de poings sur le bois, même quand il se laissa tomber, le front contre celui-ci. Les volets étaient fermés, il croyait même avoir vu des barreaux à l'extérieur. Il ne pouvait plus sortir. Et le vieux pouvait l'amocher à tout moment. Un long moment s'écoula ainsi, pendant lequel il résista à la tentation de se cogner le crâne contre la porte et de se maudire de son "abrutissement complet".

On lui retira finalement toute opportunité de le faire quand la mioche fut de retour. Elle ne pu qu'entrouvrir l'entrée à la volée avant de l'assommer à moitié. Par terre, il se tenait le nez et le front, assez sonné pour ne rien comprendre à ce qu'il ce passait.

Aïe... Hein? Quoi?

Il se releva d'un bond.

Vous me laissez partir? demanda-t-il, soupçonneux.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Jeu 2 Juin - 17:24

La porte semblait coincée; elle força un peu. Elle entendit un cris plaintif. Elle entra doucement et quand elle vit l'espèce de truc par terre, elle claqua la porte derrière elle. La jeune fille lui tendit ses mains pour l'aider à se relever.

"Oui, je vais vous laisser partir." commença-t-elle sans hésiter.

Jusqu'à ce qu'elle vit tomber par terre des gouttes de sang. Il semblait y avoir un petit problème. Son voleur continuait à se tenir le nez. Apparemment, ça venait de là. Sans réfléchir Aria sortit un mouchoir (propre, pour qui vous la prenez, bande de crados?!) et le lui donna. Pendant qu'elle refermait la porte à clé, elle lui conseilla de ne pas dégueulasser le plancher.

"Et bougez pas, je vais chercher ma trousse à pharmacie. Vous en faites pas, j'ai l'habitude avec Thibault."

Elle passa à côté des escaliers où ce dernier était justement étalé. Elle ajouta en souriant:

"Ne vous en faites pas, il est juste endormi. Il fait toujours ça."

Elle enjamba le corps inerte et se rendit dans sa salle de bain. Elle revenu au bout de quelques minutes, une bouteille d'alcool à 90° dans une main et du coton dans l'autre. Elle trottina jusqu'à la table où elle déposa tout son attirail puis tendit une chaise à l'homme.

"Installez-vous, je vais vous soigner!" lui dit-elle comme si elle parlait à un enfant.

Quand elle tendit un coton imbibé vers ses plaies, elle l'avertit:

"Attention, ça pique un peu."
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Ven 3 Juin - 17:44

Partir? Alors il pouvait partir? Biensûr, puisqu'elle le disait. Quoi que... Il glissa un regard sur les volets fermés et se demanda s'il n'y avait pas derrière deux ou trois agents blasés qui attendaient de voir pourquoi on les avait fait venir ici si tôt. Ce serait un risque à prendre, et puis il saurait se défendre: elle n'avait probablement pas fait venir toute une armée pour le sortir de là. Pour ses ennemis, il pouvait être très dangereux: c'est évidemment pour ça que le prix qu'on mettait sur la tête de cette ombre était à... heu... était très long, enfin selon ceux qui avaient lu les affiches à sa place. Ils ne lui disaient jamais combien il coûtait. Dommage, il aurait bien voulut savoir à combien se monnaie la vie d'un homme sans visage, d'un voleur à peine plus dérangeant quu'un parasite, une espèce de tique bien accrochée aux jarrets fabulois. Une petite tique qui ne leur prenait qu'un peu d'honneur à chaque gorgée de... sang?
C'était ce qui tombait par terre. Plusieurs gouttes maculaient déjà le plancher. Et de la façon dont la gamine lui plaqua son chiffon sur la figure, ça venait de lui. C'est presque curieux qu'il éloigna sa paume de son nez, juste pour constater les dégâts; et elle était bien rouge. Il y en avait aussi sur le bas de la porte, constata-t-il.

Pas salir le plancher... t'en as de bonnes, toi...

Il réprima une légère grimace quand il appuya le mouchoir contre son nez. Il faillit se réparer lui-même en express quand il se souvint d'où il était et à quel point le bon voleur qu'il faisait aurait eu l'air fin après avoir utilisé la magie. Plus tard, peut-être. Quand il partirait.
Pour passer le temps, il détailla la décoration puis s'attarda sur le tas de chiffons qui bloquaient la cage d'escalier. Avec un humour enfantin, Dolf s'approcha du corps du vieillard pour le remuer du bout de sa chaussure. S'il n'avait pas respiré, il aurait juré qu'il était mort: il avait si peu de souvenirs et d'opinions que c'était presque effrayant. La vieillesse. La plus mortelle des maladies.
Il retourna à sa place, muet, debout.
Quand la mioche revint, son grand petit blessé s'installa sur la chaise tendue et haussa les épaules.

D'accord, m'man, mais après je pourrais aller jouer avec les copains?

Il s'était mis à imiter l'accent haut-perché de Nikolai, le préféré de ses dames – un enfant de 12ans, peut-être 13ans et ½, à tout casser.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Sam 4 Juin - 17:12

Aria rigola avant de lui coller la compresse pleine d'alcool sur le nez :

"N'oublies pas de rentrer à l'heure pour le dîner, mon coeur." Dit-elle pour le taquiner.

Elle finit de lui essuyer le sang qu'il avait sur le nez, posa la compresse pleine de sang sur la table et en reprit une autre sèche pour éponger le reste. Puis elle déclara en lui tapotant la joue:

"Voila mon grand j'ai terminé !"

Elle se leva alla jeter les cotons utilisés. Aria partit ouvrir la porte, pris un panier pleins de légumes de toutes les couleurs et les les tendit au voleur:

"Tenez c'est pour me faire pardonner de vous avoir bléssé." Lui glissa-t-elle en baissant les yeux honteusement.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Lun 6 Juin - 14:32

Il avait été prévenu: ça allait piquer. Par contre, il ne savait pas qu'en plus, ça allait cogner. Il n'allait pas se plaindre: se noyer dans l'alcool, c'est sensé être plus agréable que d'être fusillé au sel. Dolf dut se contenter de serrer les dents, et se dit qu'il aurait vite fait de se guérir (il pouvait se le permettre: aucun incident grave n'était à déplorer, aucune épidémie, aucune catastrophe naturelle: bref, il pouvait faire un extra, ça n'allait pas le fatiguer).
La petite avait l'air d'apprécier le frapper: en plus d'une seconde compresse, elle parut tentée à l'idée de lui déplacer la mâchoire. Mais la brunette se contenta d'être affectueuse et lui tapota la mâchoire.

Notre déchu faillit partir sans demander son reste dès que la porte fut ouverte, mais un panier lui coupa la route. Stupéfait, il s'arrêta plus pour essayer de savoir où était le piège que par respect pour le présent: il était venu se permettre un petit "supplément", il s'était fait rosser, lyncher, saler, frapper, menacer, et maintenant, il l'avait. C'était cher payer pour un panier de légummes. Il eut un vague rire quand il prit le cadeau si joliment présenté et dit sur une courbette:

Cela doit vous arriver souvent de fusiller et casser le nez des gens par pure mégarde si vous gardez de quoi leur offrir.

Dolf se redressa et ébouriffa les cheveux noirs.

Allons, t'en fais pas: je guérirai. Mais sache, pour la prochaine fois, qu'on peut se faire des amis autrement qu'en leur tapant dessus. Oh, et merci pour ça, ajouta-t-il en montrant le panier. Je te rapporterai le panier et le mouchoir.
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Aria Libelle le Lun 6 Juin - 15:47

Aria eut un soupir de mépris:

"Faudrait dire ça à Thibault, au départ c'était son panier. Alors un conseil: faites attention à ce qu'il y a dedans !"

Elle acheva sur un rire sinistre. En effet ces légumes ne lui appartenaient pas, ils venaient du potager personnel de Thibault. Évidement elle n'allait pas donner de ses légumes à ELLE à un petit merdeux. Mais LE geste à ne pas faire, LE geste, LE seul... il le fit:
Elle posa sa main sur le bras de l'autre et y planta ses griffe:

"Vous savez... vous n'aviez pas d'amis quand vous êtes arrivé... vous n'en avez toujours pas en partant."

Elle reprit mais cette fois d'une voix plus chantante:

"Bonne route et surtout n'oubliez pas mon panier. Pour ce qui est du mouchoir vous pouvez le garder."

Aria lui fit son plus beau sourire de sadique et le lâcha.
avatar
Aria Libelle
Fermière Sanguinaire

Messages : 29
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Dolf Polim le Ven 10 Juin - 20:43

Il mima un dégoût enfantin quand elle lui dit d'où provenaient les légummes.

S'ils se frippent autant que lui, j'y toucherai pas.

Il s'apprêtait à partir quand la gamine l'agrippa. Sa façon de s'énerver l'amusait. On aurait cru à un caprice de garçonnet qui ne supporte pas les câlins de sa mère devant ses camarades. Ca l'amusait tout autant que ça le gênait: il communiquait beaucoup par contact avec ses quelques rares connaissances les plus proches, par petits combats ou gestes rassurants. Lui imposer de garder les pattes dans les poches, c'était lui imposer un mur, ça lui rappelait qu'effectivement, il avait peu de vrais amis. Ou aucun. Et Aria ne comptait apperemment pas en faire partie.
Les mortels... de vraies girouettes.

Une fois lâché, il se contenta de partir, sans cérémonie. Dolf ne répondit à aucune de ses remarques, pensait avoir déjà fait ses au revoir. Il se retourna après quelques mètres au bout desquels la ferme lui paru aussi grosse qu'une boîte d'allumettes. Il salua d'une vague courbette avant de repartir vers les bois. Dariel le gronderait sûrement de lui avoir foutu les jetons, puis lui vanterait une chance qui devait avoir le même humour que ce cher shaman. Le jour allait se lever. Il savait qu'il aurait l'occasion de revoir cette petite fermière, cette Libelle. Mais il ne se doutait pas que ce serait si tôt...
avatar
Dolf Polim
Dieu déchu des Morts

Messages : 258
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 24
Rang : E.T. de Févlia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LIBELLE - ou comment vivre moins cher

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum