Les Humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Humains

Message  Niiz le Ven 5 Avr - 23:40

Humains


Autres noms Hommes, hommes (♂), femmes (♀)

Les Hommes, longtemps perçus comme les plus faibles de toutes les créatures, ont peu à peu réussi à atteindre une place prépondérante sur Févlia. Race relativement équilibrée, ils se répartissent équitablement sur toute la surface de Févlia.
Spoiler:
jeune humaine

Morphologie & physiologie

« Une peau nue, blanche, noire ou dorée ; des yeux ronds ; un museau nettement détaché de la gueule, s'allongeant vers l'avant ; des crocs plats, carrés, dissimulés au-dessous de lèvres roses retroussées ; ces oreilles, petites, tordues, aux durs bourrelets de chair ; des mains aux fragiles griffes transparentes ; et enfin, ces pattes pattes postérieures à la tarse à même le sol. Quelque chose de fragile s'en échappe pourtant, de ces Hommes. Et dans ce physique ingrat, un ordre charmant semble être respecté. »

Telle est ainsi physiquement décrite la race humaine selon le point de vue d'un chercheur be'arla. Bien qu'étant une bonne synthèse, cette description n'en est pas pour le moins superficielle. En effet : il serait pertinent de noter que la race humaine fait partie des (si ce n'est la) races pensantes les plus riches en faciès et physiques différents : de son ossature à ses éventuels marquages de peau, l'être humain semble fait pour se distinguer de son prochain. Comme pour la peau, les cheveux peuvent connaître des variations de couleur flagrantes : blanc neigeux à noir, les chevelures humaines visitent tout un spectre de couleurs relativement chaudes, parfois méchées, qui peut virer au gris avec l'âge. Les yeux sont relativement ronds avec un iris de couleur variable, pouvant présenter une bichromie.

Koori ne présente plus de ses nobles beautés de jadis que des poupées écaillée et des grandeurs déchues. Bien que ses blonds idolâtrés soient encore nombreux à occuper des place d'importance dans sa société, la dureté revenue de la vie est devenue visible sur toute les strates sociales, et à vrai dire bien peu de choses séparent aujourd'hui le petit noble du simple vagabond. Si le sang du parfait Koorijin se doit d'être le plus pur, le plus humain possible (dernière obsession d'un peuple déposé), leurs traits fins, leur peau diaphane, leurs yeux clairs et tout ce qui faisait leur fierté d'autre fois les fuit peu à peu pour laisser place à une population banale sans plus aucune grâce particulière. Cette branche à l'orgueil tenace de l'espèce humaine continue néanmoins de s'habiller avec la même richesse et la même finesse que pendant ses grandes années, quand bien même les tissus et les métaux se seraient faits moins précieux.

Nelta & Omlid sont les pays qui rassemblent les individus correspondant au plus à l'image typique de l'humain qui s'est répandue au fil des siècles sur toute la surface de Févlia, et ce bien que peu aient le sans aussi « pur » que ne le souhaiterait un Koorijin. Bien que leurs couleurs de peaux et de cheveux varient extrêmement entre individus, la carrure de ceux-ci dépendra souvent du milieu social dont ils sont issus et sera adaptée à leur fonction dans la société. La classe moyenne, très importante, fait le sujet d'une standardisation dans son habillement ainsi que dans son mode de vie.

Sihyara, terre recolonisée par les forces neltaines, s'en distingue néanmoins par un accoutrement à visée plus pratique et moins liée à un quelconque statut social. Nous pouvons néanmoins noter quelques originalités parfois dérobées aux anciennes peuplades locales. Les peaux y sont plus souvent tannées par le soleil qu'à Nelta ou à Omlid en dehors des quais, et les statures, plus musculeuses, sont à la force brute ce que leurs ancêtres étaient à la vitesse.

Amsya ayant le capital magique le plus important de tous ces foyers de peuplement, les cas d'hybridations et de modifications physiques dues à la magie. Des caractéristiques telles qu'une peau, des cheveux ou des yeux de couleur inhabituelle s'y font plus courantes. D'une tendance générale, les Hommes originaires d'Amsya sont d'une carrure fine et gracieuse, tenant sûrement d'un patrimoine elfique récurrent; ceux-là sont vifs, agiles et habiles. Dans ce pays, les peuplades humaines se font plus flexibles quant à leurs codes d'habillement et se plient en général à ceux des groupes (très homogènes) auxquels ils appartiennent.

Dans tous les cas, l'être humain a des mains préhensiles, est omnivore et se déplace presque exclusivement sur ses deux jambes. Comme la plupart des hominidés ou assimilés « civilisés » de Févlia, l'être humain a aussi un cerveau plus volumineux que les hominidés de type grands singes, lui permettant un apprentissage et une compréhension relativement complexes. Un spécimen adulte voit sa taille se situer généralement entre 1,40 et 2 mètres, sauf cas de nanisme, gigantisme ou hybridation. À cet égard, la race humaine est souvent décrite comme une espèce « frontière » ou l'une de celles qui a la plus grande capacité d'hybridation inter-espèces, ces cas restant rares et amenant à une durée de vie moindre et/ou des maladies génétiques, une stérilité voire des dégénérescences neurologiques. Sa durée de vie est en moyenne de 75 ans et avec l'âge, sa peau se ride, il peut être atteint de canitie (blanchiment des cheveux) et il perdra progressivement de ses aptitudes physiques.

Mœurs & coutumes
L'humain est un être fait pour vivre en groupe (états, clans) possiblement divisés en sous-groupes (castes, familles) majoritairement dirigés sous une seule et même figure d'autorité, bien que cela tende à se diversifier. La culture humaine est très flexible et peu varier selon ses différentes aires de peuplement:

Nelta & Omlid — les Hommes constituant la majorité de la population libre de ces deux pays, leur culture est indissociable de celle mise en place. Si en groupe, l'individu lambda sorti de cette population montrera une certaine vanité et hargne à défendre les idéaux du groupe ainsi formé, une fois esseulé il s'en retrouve perdu et pourra faire respecter les dernières indications reçues avec un zèle effroyable, et ce sans faire grand cas de ses propres réflexions. Il n'en va pas de même des humains à qui il aura été attribué un poste à responsabilités, celles-ci étant souvent souvent écrasantes et encourageant à davantage d'initiatives personnelles. Plus discriminatoire que l'Omlidois (qui ne juge qu'aux actes), le Neltain aura une nette tendance à rabrouer son prochain s'il est sous-classé — voire de sexe féminin — selon des préjugés plus ou moins divers. Il s'agit là de grands consommateurs d'esclaves. → Nelta & Omlid

Sihyara, malgré les mêmes tendances anti-magie lourde que ses pays colonisateurs, est peuplée de créatures disparates. Ce continent offrant une nouvelle vie et ainsi une seconde chance à qui décide de s'y installer, la culture et les mœurs s'hybrident pour créer des codes originaux. Si cet élan d'indépendance apparaît spasmodiquement, Sihyara n'en reste pas moins un continent sous le joug neltain. → Sihyara

Koori, pays à l'écrasante majorité humaine, n'est plus qu'une pâle copie culturelle de Nelta. Elle mêle avec maestria les préjugés de cette société soi-disant « modèle » et son racisme ancestral, unissant à la fois un dégoût vif pour la magie et une haine du non-humain. Population aigrie, une fois que les villages se réunissent à huit clos pour les fêtes, elle dévoile une toute autre face de sa personnalité : généreuse, compréhensive, tolérante, patiente, calme et harmonieuse, plus rien d'autre ne compte plus que l'esprit de communion apporté par ses célébrations. Celles-ci se sont multipliées et métissées avec les ans ; nous pouvons ainsi les voir se rassembler pour (…). Peuple rêveur et friand de voyage, la seule solution pour lui de répondre à ces désirs est de s'enrôler dans l'armée — neltaine comme omlidoise, la dernière offrant certaines facilités quand la première privilégierait plutôt jusqu'à l'aspirant le plus médiocre entre ses propres frontières avant de daigner se pencher sur un Koorijin. → Koori

Amsya réunit des Hommes très liés aussi bien à la nature qu'à la magie, la célébrant en harmonie avec les autres peuples. Malgré une population très morcelée et hétéroclite, les peuples humains qui y vivent ont une culture (bien que riche) très uniforme. Ouverts d'esprit et majoritairement posés, ils n'en conservent pas moins une violente rancune à l'égard du divin, l'affirmant perversifié depuis la campagne menée par Amos, il y a deux cent ans de cela. → Amsya

Bien que peuple très orgueilleux, les Hommes sont parmi les espèces les plus malléables et ce malgré un certain chauvinisme qui peut se renforcer avec l'age.

Histoire
Un peuple dominé
Les origines des Hommes sont des plus sombres : nul ne saurait dire de quelle divinité sont issus ces êtres longtemps perçus comme les plus faibles des bêtes pensantes de la création :

« Les Fées peuvent vivre longtemps, elles peuvent voler avec leurs petites ailes translucides. Les anges sont rapides, peuvent se déplacer dans l'air également.. Les elfes sont des êtres d'une grande beauté et d'une grande intelligence, également rapides et souples, fendant l'air en combat et déboussolant les adversaires. Les Farÿd, les Lycans, les Dragons tous ces êtres ont leurs crocs, leurs griffes pour se défendre... Que restait il au Créateur après avoir crée toutes ces créatures? Quelques miettes qu'il donna aux humains. Il n'étaient ni forcement tous beaux comme les elfes, ils ne vivaient pas aussi longtemps que les Fées et les Anges, ils n'étaient ni très rapides, ni très agiles, ils n'avaient pas de griffes ni de crocs. Ils n'avaient qu'une certaine intelligence, qui ne concurrençait pourtant pas celle des Elfes. »

Discours du fondateur de Koori

— ce qui, néanmoins, ne saurait être oublié est la longue fuite à laquelle ils durent faire face après des années à être traités comme gibier. Ces longues années d'errances devaient aboutir à la création de Koori : d'abord asile de tous les Hommes pour finalement devenir foyer de ce qu'ils nommaient l'élite humaine. Et malgré les destructions et les migrations, la première pierre était posée : ce qui avait fait la faiblesse de ces créatures les avait poussées à chercher leur propre force.

Peuple dominateur
Pour parvenir à se défendre, l'Homme dû faire montre d'une ingéniosité sans pareille, parfois devant aller jusqu'à détruire son environnement et les autres races l'entourant. Ainsi, le temps passant, ils virent à changer de camp quand la guerre se devait d'éclater: la marche avait été ouverte par Koori, alliée fidèle d'Amos. La fin de ce conflit ayant particulièrement affaibli les autres races, ce fût l'avènement de l'espèce et de la culture humaine: Nelta fut épurée de sa magie; les démons furent chassés d'Omlid; et les humains se firent, à grands coups de culots, une place confortable aux rennes de Fabulya. Aujourd'hui, ils continuent d'entretenir cette image et tâchent de se faire voir comme la civilisation de référence pour tout Févlia, comme le peuple qui libèrera le monde du joug de la magie. Mais, et ce même si les rébellions individuelles ne signifient rien, quelques peuplades humaines ne partageant pas un même avis subsistent encore.
Spoiler:
jeune humain

Images de Zerochan
Fiche par Niiz

_______________
Jouer les filles de l'air
—malgranda floko—
avatar
Niiz
Rose des Vents

Messages : 596
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 23
Rang : Boussole à pattes

RPG
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum